Canne à sucre

Pour une agriculture productive, écologique et sociale

Assemblée générale de la Chambre d’agriculture

Témoignages.re / 3 mai 2005

La Chambre “verte” a défini vingt-six actions prioritaires pour “préparer l’avenir de l’agriculture”. Elle a également adopté les comptes financiers de l’année 2004

(page 6)

La Chambre d’agriculture a tenu son assemblée générale mercredi dernier. L’occasion pour les élus présents d’adopter les comptes financiers de l’année 2004. Le fonds de roulement, c’est-à-dire le résultat global, enregistre une augmentation de 218.754 euros. Un résultat qui s’explique par les mesures du Plan de redressement mais également par les décisions prises par l’équipe de Guy Derand dès le début de 2004 à la suite de l’audit de l’Inspection des Finances. La Chambre d’agriculture avait également bénéficié de 240.000 euros d’aides exceptionnelles de l’État et du Conseil général pour alléger son déficit.
Par ailleurs, elle a profité du report de ses annuités auprès du Département et de l’APCA (Assemblée permanente des Chambres d’agriculture). Guy Derand souligne que ce résultat bénéficiaire provient des agriculteurs et des efforts effectués par les agents de la Chambre d’agriculture pour améliorer la qualité des prestations et faire comprendre aux agriculteurs la nécessité de les payer.
Les élus se sont penchés également sur la décision modificative 2005. Elle présente une variation de fonds de roulement négative de 237.133 euros. "Nous avons la situation en apparence paradoxale d’un compte financier 2004 excédentaire et d’une décision modificative 2005 déficitaire. Mais ce paradoxe s’explique facilement puisque nous avons enregistré des aides exceptionnelles de l’exercice 2004 en provenance de l’État et du Département. Le Plan de redressement qui doit nous permettre de retrouver l’équilibre court jusqu’en 2007", tient à souligner le président Derand. Et même si la situation reste fragile, il est optimiste : "Nous sommes sur la bonne voie".

Une volonté de réussir et d’aller de l’avant qu’on retrouve dans sa participation à l’élaboration des Cahiers de l’Agriculture. Le Conseil général doit définir, avec ses partenaires, les grandes orientations de sa politique agricole. Un diagnostic de la situation de l’agriculture a été soumis à un comité de pilotage qui définira ensuite les orientations de l’agriculture pour les quinze prochaines années.
La Chambre d’agriculture a défini vingt-six actions prioritaires pour "préparer l’avenir de l’agriculture", "être à l’écoute des besoins de la société" et pour "défendre le revenu des agriculteurs".
Citons : la défense de l’espace agricole, la mobilisation de tout le foncier disponible, l’apport de l’eau aux agriculteurs, la mise en place d’exploitations durables et la reconduction du dispositif de retraite, la promotion du métier d’agriculteurs...
Il s’agira également de faciliter l’installation des jeunes agriculteurs, protéger et développer la filière canne, poursuivre le développement des élevages bovins viande et bovins lait, assurer la pérennité de l’élevage porcin, trouver un second souffle pour la filière avicole, réformer le POSÉIDOM végétal hors canne, mieux articuler productions et industries agroalimentaires, travailler dans la transparence, supprimer le colonat et modifier le fermage et d’accroître les ressources propres de la Chambre d’agriculture.
Les autres actions concernent l’allégement des charges, la baisse des coûts mais aussi des renforcements de la qualité, l’agrotourisme, des conseils et de la formation...