Canne à sucre

Une réalité complexe et “hors normes”

Visite d’une délégation de parlementaires européens

Témoignages.re / 2 mai 2005

Douze membres de la commission parlementaire de “l’Agriculture et du développement rural” au Parlement de Strasbourg sont dans notre île depuis dimanche.

(page 2)

Leur mission, conduite par Joseph Daul, président de la commission, va les conduire pendant trois jours à travers les champs de cannes, les zones irriguées de l’Ouest et la plate-forme Nord du transfert des eaux, dans des rencontres multiples avec les acteurs de la filière.
Cette mission se compose de cinq élus du Parti populaire européen originaires de France, Espagne, Pologne, Italie et Allemagne ; de cinq socialistes - dont Jean-Claude Fruteau - élus par La Réunion, l’Espagne, la Pologne, la Hongrie et les Pays-Bas ; d’un membre danois de l’Alliance des Démocrates libéraux pour l’Europe (ALDE) et d’un Vert allemand de l’Alliance libre européenne.
Dans l’agenda des décisions qui jalonnent la mise en œuvre de la réforme du système sucrier européen, cette mission intervient après la confirmation par la commissaire à l’Agriculture, Mme Mariann Fischer-Boël, de la baisse du prix du sucre et de la réduction de la production. Elle intervient aussi après le vote, par les députés européens, d’une Résolution proposant de limiter ces baisses "au strict nécessaire".
À quelques semaines de la présentation du nouveau projet, annoncée pour le 22 juin, certains députés dans le groupe s’informent crûment auprès des industriels de la filière d’un éventuel “plan de substitution”. D’autres suggèrent aux planteurs de soutenir leur action au parlement - entendez : en faisant le “bon choix” le 29 mai - comme s’il était de leur pouvoir d’aller réellement contre les décisions communautaires prises en conformité avec les règles de l’OMC.
Les uns et les autres ont trois jours pour prendre la mesure de la complexité de la situation réunionnaise et de l’impossibilité absolue pour notre production sucrière d’emboiter le pas, du jour au lendemain, aux règles mondiales de la "concurrence libre et non faussée". Les présupposés idéologiques des élus européens vont être mis à rude épreuve pendant ces trois jours.

P. David


Motion de la C.G.P.E.R.

Les planteurs ont remis une motion aux parlementaires européens pour demander à l’Union Européenne de prendre "toutes les dispositions nécessaires afin d’obtenir la compensation intégrale pour les petits et moyens planteurs de canne de La Réunion sur le long terme dans le cadre de la réforme de l’OCM-Sucre dont l’adoption définitive est prévue pour 2006."
Contrairement à ce qui est annoncé en page 3, nous vous vous proposerons le texte de cette motion ultérieurement.