Co-développement

60 ans de l’AKFM : intervention du PCR

Solidarité entre les peuples

Parti Communiste Réunionnais / 17 novembre 2018

La semaine dernière, le PCR était invité à participer à la célébration des 60 ans de l’AKFM à Antananarivo, Madagascar. Le Parti communiste réunionnais était représenté par Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire aux relations internationales. Voici son intervention, au nom du PCR.

JPEG - 96.3 ko
Ary Yée Chong Tchi Kan et les dirigeants de l’AKFM dont Eric Rakotomonga ont rendu hommage à Gisèle Rabesahala, à la stèle située près du siège de l’AKFM.

Le Parti Communiste Réunionnais remercie l’AKFM pour son invitation à l’occasion de la célébration de ses 60 ans et vous transmet ses voeux de pleins succès dans les activités que vous avez prévues. Ma présence ici veut témoigner des relations historiques qui ont toujours existé entre nos organisations ainsi que la solidarité personnelle entretenue entre nos dirigeants, notamment Gisèle Rabesahala et Paul Vergès. Au bout de ces 60 ans, une nouvelle page est à construire ensemble.

Chers camarades

A la base de nos relations, il y a cette conviction que le modèle du riche et de la recherche du profit maximum doit être dépassé car il est inapplicable à la société entière. Il conduit aux désordres sociaux, économiques, environnementaux, à la corruption, l’insécurité et à la guerre. D’ailleurs, M. Trump, le président du pays le plus riche du monde qui croule sous une dette de 21 000 milliards de dollars a annoncé qu’il retirait son pays du Traité universel sur le climat. Quand l’objectif de la communauté mondiale est de sauver la vie sur la planète, lui regarde ses intérêts de riche. Tant pis pour le reste.

Cette conviction de base qu’il faut sortir les humains de l’exploitation et de la misère rencontrait une autre réalité. Madagascar était dominé par un pays riche, la France, qui avait lancé sa puissante armée à la conquête du pouvoir à Madagascar, détruit son administration, accaparé ses richesses et imposé sa culture au détriment des traditions séculaires. Et lorsque le peuple Malgache a voulu sortir de cette invasion, pour recouvrer la liberté, cela s’est terminé par un massacre en 1947, des scènes d’une cruauté inouïe, des condamnations à mort, des emprisonnements et la dissolution de partis démocratiques. Or, la France venait tout juste se libérer de 4 années d’occupation allemande, grâce à la solidarité mondiale.

Ces évènements ont renforcé la solidarité entre nous.

En 2017, le PCR et l’AKFM ont célébré le 70e anniversaire de ces évènements par un programme d’activités croisées dans nos 2 pays. En mars 2018, nous avons fait un bilan de nos relations et nous avons signé une déclaration commune : “Plus forte l’Amitié”. Quand on voit les proportions prises par les célébrations mémorielles, en Europe, nous avons décidé d’organiser des visites mémorielles à Moramanga pour instruire les Réunionnais sur ce qu’est une fosse commune, un charnier, la cruauté de la guerre dans laquelle des Réunionnais ont été enrôlés.

Nous avons aussi découvert que des Réunionnais ont refusé de tirer sur le peuple malgache. Ils ont préféré déserter l’armée coloniale. Nous travaillons à reconstituer l’histoire de ces personnes. Nous vous remercions pour votre aide précieuse.

L’histoire nous apprend aussi que notre compatriote Francis Sautron a été élu premier maire de Diego-Suarez en 1957 sous l’égide de l’UPM (Union du Peuple Malgache), un parti crée avec Gisèle, soutenu par la Fisema. L’UPM a participé à la fondation de l’AKFM que nous célébrons aujourd’hui. En 1959, quand l’AKFM a été élu à Tananarive et Diego-Suarez, Francis Sautron est reconduit dans sa fonction de maire. Mais Philibert Tsiranana signe une ordonnance pour le démettre, au motif qu’il n’est pas Malgache. En 1960, c’est Paul Vergès qui sera expulsé de Madagascar. De notre côté, Gisèle sera interdite de séjour à La Réunion...mais pas en France ! En 2019, nous serons ensemble à Diego-Suarez pour honorer la mémoire de Francis Sautron.

Cette conviction qu’il faut une société plus juste et plus égalitaire était vraie à la création de l’AKFM lorsque la population mondiale était de 3 milliards d’habitants, elle est encore plus vraie quand celle-ci s’approche de 8 milliards de bouches à nourrir, aujourd’hui. En 60 ans, Madagascar est passé de 5 à 25 millions. Elle aura 55 millions vers 2050. Le PCR fêtera ses 60 ans l’année prochaine. En 60 ans, notre population a été multipliée par 3. La question du jour est aussi claire qu’en 1958-59 : il nous faut un nouveau modèle de relations humaines qui redonne confiance et qui expérimente sans cesse des solutions innovantes, adaptées.

Il n’y a pas de situation figée.

Tirons les leçons de Gisele et de Paul qui ont consacré leur vie au destin de leur peuple et de l’humanité. Devant les parlementaires malgaches, Ban Ki Moon a dit qu’elle était une grande dame de Madagascar et un exemple pour le monde. Paul Vergès a été distingué par la République Malagasy.

Tirons les leçons du Forum politique des îles qui s’est tenu à Antananarivo les 2 et 3 août dernier. La rencontre été décidée conjointement par nos 2 organisations. Mise en oeuvre par l’Association, REAGIES, ce fut une réussite. Pendant 2 jours, les 150 participants ont travaillé sous le thème générique : « le bon voisinage et la diplomatie des peuples ». Ils ont adopté un communiqué final qui fixe nos principes et un résumé des résolutions qui nous servira de guide. Nous avons crée un espace politique de dimension régionale.

Nous avons comblé un vide.

Les jeunes situés dans notre voisinage doivent se donner la main. Les données principales sont connues. Il leur faut un cadre de travail adapté aux caractéristiques de leur génération. Nous chercherons ensemble la meilleure façon d’aiguiser leur curiosité et mettre en commun leurs compétences.

Ainsi, dans 40 ans, quand ils fêteront le centenaire de l’AKFM et du PCR, ils diront si nous avons réussi à amorcer la transition vers une société économe, durable et pacifique. Il faut foncer maintenant.

Longue vie à l’AKFM et le PCR sur le chemin de l’émancipation et de la liberté !