Co-développement

Amplifions la solidarité avec les Chagossiens après le vote historique de l’ONU

L’ONU donne six mois au Royaume-Uni pour autoriser le retour des Chagossiens dans leur pays

Manuel Marchal / 24 mai 2019

Quelques heures après le vote d’une résolution de l’ONU donnant six mois au Royaume-Uni pour restituer les Chagos à Maurice et autoriser le retour des Chagossiens dans leur pays, le Comité de solidarité Chagos-La Réunion et le Mouvement réunionnais pour la paix ont tenu une conférence de presse afin de tirer les enseignements de cet événement historique.

JPEG - 117.4 ko
Georges Gauvin et Julie Pontalba.

Georges Gauvin, président du Comité de solidarité Chagos-La Réunion rappelle qu’il y eut tout d’abord la demande de Maurice d’inscrire la question de la colonisation britannique des Chagos à l’assemblée générale de l’ONU. Un vote majoritaire de 94 Etats membres a entraîné la saisine de la Cour internationale de Justice. La juridiction a rendu un avis condamnant l’occupation des Chagos par la Grande Bretagne. C’est un avis non contraignant, rendu à la quasi unanimité des juges sauf un.

Maurice a alors obtenu l’inscription d’un vote d’une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU sur l’avis de la Cour internationale de justice.
Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce vote a donné le résultat suivant : 116 voix pour 5 contre. La plupart des pays du continent africain ont voté pour, la France s’est abstenue.

La résolution demande à la Grande-Bretagne la restitution des Chagos à Maurice, ainsi que le retour des Chagossiens chez eux. L’assemblée générale de l’ONU fait injonction à la Grande-Bretagne de se conformer sous 6 mois au résultat de ce vote.
Pour le président du Comité de solidarité Chagos-La Réunion, la situation est difficile pour les USA et la Grande-Bretagne, encore plus pour le gouvernement britannique empêtré dans le BREXIT.

A Maurice, les Chagossiens revendiquent le droit de revenir chez eux, et notamment d’être enterré dans leur île. « On comprend la souffrance de cette population », indique Georges Gauvin qui rappelle que « Maurice demande le retour de territoires enlevés à Maurice juste avant l’indépendance. Nous connaissons la position mauricienne et les intentions de Maurice pour une décolonisation complète ».

Pression importante

« Le problème qui nous concerne depuis les années 1970 est le retour des Chagossiens chez eux », poursuit-il. La semaine prochaine, Olivier Bancoult et Liseby Elysé seront à La Réunion du 30 mai au 2 juin. Ce sera l’occasion pour Olivier Bancoult de faire le point après le nouveau vote de l’ONU. Le 30 mail, il fera une confénrence de presse. Il ira ensuite à la rencontre de la population réunionnaise, notamment vendredi soir à l’occasion d’une conférence à la mairie de Saint-Denis.
Le combat n’est pas terminé car le Royaume-Uni ne veut pas se retirer. Mais Grande-Bretagne sera sous une pression importante, souligne le Comité de solidarité. A cela s’ajoute le poids de la situation interne. La Grande-Bretagne semble s’acheminer vers des élections générales. Le chef de l’opposition, Jeremy corbyn, en très bon terme avec les Chagossiens, rappelle Georges Gauvin.

Au début de juin, Olivier Bancoult doit rencontrer Jeremy corbyn, ainsi que le chef des Libéraux démocrates. Une cinquantaine de députés britanniques de différents partis oeuvrent pour que les Chagossiens puissent avoir le droit de retourner chez eux.

« Notre place est à leur côtés »

Le Mouvement réunionnais pour la paix fait part de sa satisfaction après ce signal positif pour un combat juste, indique sa représentante Julie Pontalba.
Un délai de 6 mois est donné à la Grande-Bretagne pour restituer les Chagos à Maurice, doit être mis à profit pour aider les Chagossiens à retrouver leur vie. « Nous devons les aider, car nous vivons un véritable génocide près de chez nous », souligne-t-elle. « Des 3000 Chagossiens expulsés, seuls 300 sont encore vivants », ajoute Georges Gauvin. Avec leurs descendants ils sont 10000, et ils veulent revenir aux Chagos.

Le Mouvement réunionnais pour la paix déplore que la France n’ait pas soutenu les Chagossiens, peuple créole et francophone, voisin de La Réunion, d’autant plus que la France est membre de la COI.
Le Mouvement réunionnais pour la paix a été créé dans un moment de solidarité avec les Chagossiens et les Palestiniens qui partagent la même souffrance : leur expulsion à cause de la colonisation sur fond de guerre.
« C’est une autre lueur d’espoir pour qu’enfin nos frères chagossiens puissent retourner chez eux. Notre place est à leur côtés », conclut Julie Pontalba.

M.M.