4e Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement |

SIDS4 : la COI appelle à une coordination renforcée des îles d’Afrique, de l’océan Indien et mer de Chine méridionale

1er juin

Pr. Vêlayoudom Marimoutou, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), a conduit une délégation de l’organisation à la 4e Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement (PEID) du 27 au 30 mai 2024 à Antigua et Barbuda. Cette conférence, organisée chaque décennie, est l’occasion de porter la voix des îles.

La COI y contribue en soutenant non seulement le plaidoyer de ses États membres mais aussi celui de l’ensemble des États insulaires d’Afrique. Les dispositifs de coopération mis en place par la COI ont retenu l’attention, notamment le réseau SEGA One Health. La délégation de la COI a également eu des sessions d’échanges avec les représentants de la jeunesse des îles d’Afrique à travers la plateforme SYAH dont elle avait soutenu la création. Invité par le gouvernement de la République des Seychelles qui préside la Commission des États insulaires d’Afrique sur le climat (AISCC), le Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien a indiqué la disponibilité de la COI à poursuivre son soutien à cette plateforme informelle de dialogue et à en assurer le secrétariat. Seule organisation exclusivement insulaire d’Afrique, la COI est aussi disposée à coordonner le groupe AIS (Afrique, océan Indien et mer de Chine méridionale).

« L’AISCC est une plateforme prometteuse pour faire entendre la voix des îles africaines. C’est la COI a été mandatée par son 38e Conseil des ministres pour en assurer le secrétariat afin de soutenir la dynamique du dialogue politique entre tous les États insulaires d’Afrique. Ce dialogue doit déboucher sur des positions et des plaidoyers communs ainsi que sur des initiatives conjointes. Notre Conseil des ministres a également proposé que la COI joue le rôle de coordinateur du groupe AIS qui, contrairement aux groupes des Caraïbes et du Pacifique, est caractérisé par la dispersion géographique, l’hétérogénéité institutionnelle et la diversité linguistique. La COI, qui est chargée d’assurer le secrétariat de l’AISCC, pourrait également jouer ce rôle de coordination du groupe AIS en consultation avec l’AISCC », a souligné Pr. Vêlayoudom Marimoutou.

Les processus d’accréditation en cours de la COI, notamment auprès du Fonds vert pour le climat, constituent des opportunités pour les États membres de la COI, voire pour l’ensemble des membres de l’AISCC. Le Secrétaire général a ainsi présenté les avancées en termes de procédures, règlements et politiques internes permettant d’envisager une présentation du dossier de la COI au conseil d’administration du Fonds vert pour le climat en juillet prochain. Cette démarche, complémentaire de l’accréditation aux 9 piliers de l’Union européenne, est soutenue par le projet de modernisation « COI Horizon 2030 » cofinancé par l’AFD et l’UE.

Cette conférence, baptisée SIDS4, a été l’occasion pour la COI de présenter certaines pratiques de coopération, à l’image de son réseau SEGA One Health, et de mobiliser des représentants de la jeunesse des îles d’Afrique. Sylvestre Radegonde, ministre des Affaires étrangères et du Tourisme des Seychelles, et président en exercice de la COI, a souligné l’utilité concrète de ce réseau qui lie santé humaine, animale et environnementale. Le réseau SEGA One Health de la COI, soutenu par l’Agence française de développement et l’Union européenne, est considéré comme une bonne pratique de coopération régionale pour faire face aux défis sanitaires exacerbés par le changement climatique. Le ministre Sylvestre Radegonde a notamment rappelé la contribution du réseau face à la pandémie ainsi qu’en prévention et en riposte aux épidémies qui émergent, comme c’est le cas de la dengue et du choléra dans la région.

La délégation de la COI a également eu des réunions d’échanges avec les représentants des jeunes des Seychelles, de Maurice, du Cap Vert et de Sao Tome et Principe. Ces échanges ont permis de prendre la mesure de l’engagement des jeunes en faveur du climat et de l’environnement et plus encore de leur détermination à jouer un rôle dans les négociations internationales, notamment sur les enjeux spécifiques aux PEID. Horisha Savy, de SYAH Seychelles, a ainsi participé à un évènement parallèle de la COI pour porter la voix des jeunes et présenter des actions entreprises en matière d’entrepreneuriat durable, d’éducation à l’environnement et de sensibilisation communautaire.

La Conférence SIDS4 a été l’opportunité pour la COI de :
- Signer un nouvel accord de partenariat avec l’UNESCO portant, entre autres, sur la culture et le patrimoine matériel et immatériel, l’éducation au développement durable, la science et l’innovation. Cette signature est intervenue dans un évènement parallèle de l’UNESCO lors duquel l’initiative ISLANDWATCH a été lancée. Cette initiative d’éducation à l’environnement et de surveillance communautaire des littoraux capitalise sur l’expérience de SANDWATCH dont les Seychelles sont un fer de lance. La COI, à travers son projet RECOS financé par l’AFD et le FFEM, soutient cette démarche et participera à sa régionalisation.
- Saluer le lancement du IslandPlas de l’Union internationale pour la conservation de la nature qui s’inscrit dans l’initiative de la Grande muraille bleue. Ce projet, cohérent avec les projets ExPLOI et RECOS de la COI, est un résultat direct de la conférence sur l’économie bleue et circulaire organisée par la COI en septembre 2023 à Maurice.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?