Co-développement

Ary Yée Chong Tchi Kan : « le Forum Politique des Îles partage l’intérêt du Covid-Organics »

Le référent de l’organisation politique régionale souligne l’impact stratégique du remède malgache contre le coronavirus

Témoignages.re / 12 mai 2020

L’annonce du Covid-Organics, remède malgache contre le coronavirus, a ébranlé bien des idées reçues. C’est l’opinion d’Ary Yée Chong Tchi Kan, référent du Forum Politique des Îles qui milite en faveur du « le bon voisinage et la diplomatie des peuples ».

JPEG - 71.9 ko
Ary Yée Chong Tchi Kan lors de la fondation du Forum politique des îles, les 2 et 3 août 2018 à Antananarivo.

Quel est l’impact de la découverte du remède malgache ?

La découverte d’un remède malgache pour contrer le Covid-19 est salué dans les pays émergents et africains, comme un acte de souveraineté. Le caractère rustique et populaire du produit, allié à la rigueur des chercheurs et industriels malgaches, a augmenté le sentiment de fierté et de responsabilité de tout un continent qui souffrait d’une mise à l’écart et constamment stigmatisé.

Dans ce contexte, les échanges qui ont eu lieu par visio-conférence, le 30 avril, à laquelle ont participé 15 chefs d’Etat de l’Union Africaine, est un geste politique inédit. Toute l’Afrique prend au sérieux le remède. Le Président malgache avait rappelé que le produit s’adresse également aux peuples des îles voisines.

A ce jour, plusieurs pays Africains sont venus prendre livraison des commandes à Madagascar. En signe de solidarité, une cargaison a été livrée à l’Union des Comores. C’est une marque de confiance entre 2 pays voisins qui bordent le canal du Mozambique, aux ressources naturelles gigantesques et au potentiel de coopération sans limite.

Dans la grande île, la distribution gratuite et massive dans les écoles et les collectivités de base remet en cause le culte du profit indécent des multi-nationales du médicament. La grande distribution big-pharma déstabilise la balance des paiements des pays émergents. Il est clair que, face à un défi de dimension mondiale, le remède malgache a un impact stratégique.

Ce dynamisme tombe-t-il à pic pour le Forum Politique des Îles ?

Évidemment, le Forum Politique des Îles salue toutes ces initiatives qui font la démonstration de la culture du bon voisinage et de l’excellence au service des peuples. Ceux qui ont les pieds ici et la tête à Paris doivent constater que l’Occident a perdu la main.

Sur 280 000 morts dans le monde, 75 % se situent dans 5 pays : États Unis, la France, l’Italie, l’Espagne et la Grande Bretagne. Ce sont des pays dits « riches ». La France compte déjà 26000 morts, en 3 mois. Par extension, La Réunion et Mayotte, 2 îles sous juridiction sanitaire française totalisent 1500 personnes positives, soit plus que Madagascar, Maurice, les Comores et Seychelles réunis (environs 600). Pour le coup, les 25 000 000 de Malgaches sont mieux protégés que les 250 000 Mahorais. Ils sont voisins.

Notre jeune organisation politique régionale intègre ces nouvelles réalités et tente de partager le meilleur de ce que nous avons en commun, c’est à dire la connaissance. Le Covid-organics en fait partie.

Le Forum Politique des Îles en résumé

En 2017, Madagascar célébrait la mémoire du soulèvement de mars 1947. Un événement qui s’est passé deux ans après la libération de la France de l’occupation nazie, en 1945. La population malgache qui réclamait, à son tour, la libération de son pays, a dû affronter l’armée française, renforcée par des tirailleurs Sénégalais et des Réunionnais. Le chiffre de 100 000 victimes est communément avancé. La répression a été féroce dans ce pays qui a été occupé par une expédition française en 1642 puis, purement annexé à la France, en 1895.

Pour ce 70e anniversaire, un programme de manifestations croisées entre La Reunion et Madagascar a été organisée sous les figures tutélaires de Gisele Rabesahala et Paul Vergès, récemment disparus. Ces 2 dirigeants politiques personnifiaient la solidarité et l’amitié entre les peuples malgaches et réunionnais. Une délégation réunionnaise s’est rendue à Moramanga, haut lieu de cette histoire tragique.

Les organisateurs ont décidé de renouveler l’expérience chaque année. Associés à d’autres personnes de la société civile, ils ont souhaité une rencontre des peuples des îles pour marquer le 40e anniversaire de la Conférence des partis et organisations progressistes de l’océan indien qui s’est tenue en 1978, à Mahé, aux Seychelles. Enfin, un vide politique de 40 ans a été comblé, en août 2018.

Ainsi naquit le Forum Politique des Îles, à Antananarivo, devant 120 personnes, avec comme invité d’honneur le peuple des Chagos, expulsé de son pays depuis plus de 50 ans. L’accent a été mis sur « le bon voisinage et la diplomatie des Peuples », comme solution pour sortir du désordre occasionné par la politique néo-coloniale et la militarisation des iles. L’urgence est le retour des Chagossiens sur leurs terres. Il a été noté le potentiel de développement solidaire de notre zone géographique. Le contexte sanitaire actuel est une opportunité pour en prendre conscience et agir de concert.