Co-développement

Bouleversements planétaires : il n’est pire aveugle…

La Réunion dans son environnement régional

Jean / 18 février 2017

En quelques années, Chine et Inde ont frappé d’une radicale obsolescence le mépris des Occidentaux affiché à leur encontre.

JPEG - 68.4 ko

Où sont-ils donc ces responsables avisés qui se gaussaient alors des efforts du PCR pour un Océan Indien Zone de Paix ? Ceux qui se moquaient des Cahiers de La Réunion et de l’Océan Indien démontrant, en 1973, que l’Océan Indien deviendrait le nouveau cœur du Monde ?

Où en est la réflexion politique de nos responsables locaux face à ces signaux venus d’Asie et d’Afrique, tandis qu’ils et elles somnolent devant leurs téléviseurs ne s’éveillant que pour commenter les dernières péripéties du match filliono-lepéno-macron ? Pitoyable match funèbre célébrant le repliement suicidaire d’un Occident vide de tout projet porteur d’avenir.

Après la guerre économique livrée à l’encontre des anciennes colonies du fait d’un déséquilibre toujours croissant des termes de l’échange, on est passé à la guerre tout court applaudie par tous les gouvernants de l’UE.

Ces mêmes gouvernants, après avoir surarmé des factions rivales, ne s’inquiètent des retombées que lorsqu’elles les concernent sur leur territoire : exode massif des victimes de ces conflits voulus par l’UE, effroyables holocaustes par noyades en océans Atlantique et Indien et en Méditerranée, rejet des réfugiés, camps de concentration, barbelés aux frontières, exacerbation du racisme à l’encontre des victimes, délitement d’une construction européenne — annoncée à l’origine pour la Paix et le Bien-être des peuples [1] —, et qui ne sert que les intérêts de la minorité des plus riches, Brexit, isolationnisme états-unien, poursuite de la folle course à l’abîme en reniant les engagements pris aux COP 21 et 22 par le recours toujours croissant aux énergies fossiles.

Et, tandis que ces bouleversements planétaires se déroulent sous nos yeux, la plupart des responsables gouvernementaux, régionaux, départementaux et municipaux, fiers de leurs pouvoirs dérisoires, acceptent de se laisser décérébrer au rythme de débats surréalistes.

Ils ont consenti à s’exclure du lien nous unissant à nos voisins grâce à la COI. Au co-développement régional avec nos voisins responsables, eux, de leur avenir, ils ont préféré le confort d’un asservissement aux grands chefs parisiens. La laisse est courte, certes, mais la gamelle est pleine à ras-bord de promesses d’aumônes : une poignée d’emplois aidés, une pincée de TVA en moins, une exhortation à l’embauche sans protection de la concurrence extérieure, une incantation de plus en faveur des productions cannière et sucrière, etc.

Et pendant ce temps-là, l’Asie et l’Afrique, confrontées à mille défis, forment toujours plus et toujours mieux leurs jeunes. Et ils sont nos voisins auxquels nos “responsables” offrent l’image d’une Réunion riche et dédaigneuse de son environnement géo-politique. Qui ne voit, s’il n’était pas mis fin à cet aveuglement, que, très rapidement, La Réunion se retrouvera dans une situation d’une extrême difficulté tant elle aura œuvré à son propre isolement ?

Jean

[1« Un grand Marché Commun pour notre sucre » Référendum du 23 avril 1972, boycotté par le PCR.