Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Co-développement

Georges Gauvin, président du Comité Solidarité Chagos La Réunion : « Une grande joie et une vive émotion à l’annonce de cette nouvelle »

La délégation chagossienne embrasse la terre de Peros Banhos

lundi 21 février 2022, par Georges Gauvin


Voici quelques jours, une délégation chagossienne conduite par Olivier Bancoult a posé le pied à Peros Banhos, où elle a nettoyé les tombes de ses chers disparus et déployé le drapeau orange-noir-bleu des Chagos. Dans le combat mené depuis 50 ans par les Chagossiens pour faire respecter le droit de vivre dans leur pays dont ils ont été déportés avec interdiction d’y revenir, La Réunion est en première ligne de la solidarité. Cela se traduit notamment par l’existence du Comité Solidarité Chagos La Réunion. Son président, Georges Gauvin, salue grandement cet événement historique.


Georges Gauvin, président du Comité de solidarité Chagos La Réunion, Liseby Elysé qui a témoigné au nom des Chagossiens à La Haye, et Olivier Bancoult, leader du Groupe réfugiés Chagos.

Cette semaine, quand nous avons appris qu’une délégation chagossienne, avec notre ami Olivier Bancoult et quatre de ses compatriotes, avait posé le pied sur la terre de Peros Banhos, une des îles de l’archipel des Chagos, nous avons ressenti une grande joie et nous avons vécu un moment d’intense émotion.
Notre Comité Solidarité Chagos La Réunion (CSCR) a aussitôt informé nos adhérents de cette excellente nouvelle.
Certes cet évènement se situe dans le cadre d’une mission scientifique commandée par le gouvernement mauricien et ne correspond pas encore au but ultime de la lutte de ce peuple frère – le retour sur sa terre natale –, mais son côté symbolique n’aura échappé à personne, tout comme la photographie des Chagossiens embrassant la terre de l’île, et le déploiement du drapeau aux trois couleurs.
Nous avons appris aussi que la délégation chagossienne avait aussitôt entrepris de mettre un peu de propreté dans le cimetière où se trouvent les tombes de leurs ancêtres et dans la petite église aujourd’hui dépourvue de toit, mais en attente des chants des fidèles chagossiens à venir.
Ce n’est pas une prise de possession, bien entendu, mais un acte par lequel les Chagossiens font savoir à l’ancien colonisateur qu’il occupe illégalement cet archipel et que la date du retour des exilés et descendants sonnera un jour prochain.

« C’est en 2010 qu’il faut situer la création de notre Comité Solidarité Chagos La Réunion (CSCR) »

… Mais cette naissance n’est pas survenue à partir de rien. Qu’y avait-il avant 2010 ?
Des années d’amitié et de solidarité entre les représentants des Chagossiens et la population de la Réunion, en particulier dans la ville du Port. Olivier Bancoult rappelle souvent que sa première conférence de presse internationale, il la doit au Port et qu’il l’a faite en compagnie de Paul Vergès, à l’époque maire du Port. Il ajoute souvent également que le Port est sa deuxième patrie, c’est dire que d’emblée les contacts ont été forts et enrichissants avec la population réunionnaise.
On se rappelle qu’un accord avait été passé entre la municipalité du Port et celle de Port-Louis en vue d’une aide conséquente à apporter aux exilés chagossiens.
En 2010 cet accord n’avait pas été renouvelé et des personnes de bonne volonté se sont réunies pour envisager la suite à donner à cette collaboration nécessaire entre le peuple réunionnais et le peuple des Chagos. Et c’est alors qu’a été créé le CSCR.
Des fidèles à la cause chagossienne se sont regroupés pour continuer à donner vie à la solidarité Réunion-Chagos. Dans deux sens :

- Le premier est celui d’informer l’opinion publique réunionnaise sur la violation historique des droits chagossiens les plus sacrés, ainsi que sur la situation quotidienne désastreuse vécue par nos frères et sœurs des Chagos.

- Le deuxième consiste à organiser régulièrement sur le long terme la solidarité financière avec le Groupe Réfugiés Chagos (GRC) en vue de les aider dans les actions décidées par eux pour atteindre leur objectif du retour au pays natal.

Notre comité existe depuis douze ans et nous nous félicitons des actions menées avec notre aide par le GRC. Nous tenons à réaffirmer que notre Comité est ouvert à tous, associant ses propres forces avec celles d’associations s’étant fixé les mêmes objectifs que nous.
Il en va ainsi du Mouvement Réunionnais pour la Paix qui nous a accompagnés dans des actions de solidarité déterminantes. Il en va ainsi également de l’édition Laval qui a mis en chantier notre « Calendrier Solidarité avec le peuple des Chagos ».
La cause des Chagossiens est parmi les plus justes qui soient. C’est la raison pour laquelle les bonnes volontés ne nous ont pas fait défaut. Et c’est dans ce sens que nous continuons notre action.

« Nos actions : information, solidarité financière, échanges culturels… »

Chaque année nous avons mené des actions d’information. Au premier rang de ces missions d’information on notera les conférences du professeur André Oraison, un peu dans toutes les villes de La Réunion, mettant sa compétence au service de notre Comité en vue de sensibiliser l’opinion publique réunionnaise au drame chagossien. On notera également les conférences d’Olivier Bancoult qui a tenu à venir personnellement à la Réunion pour informer nos compatriotes malgré un agenda souvent bien rempli.
On notera aussi l’aide financière que nous avons apportée régulièrement sur la longue durée (et qui continue !) pour aider au combat judiciaire mené par les Chagossiens, auprès des juridictions de Londres, de l’Europe et point culminant auprès de la Cour internationale de La Haye, dont l’avis de février 2019, validé trois mois plus tard par l’assemblée générale des Nations-Unies, a reconnu le caractère illégal de l’occupation de la Grande Bretagne sur les Chagos et la sommant de s’en aller.
Sans oublier les venues à La Réunion des délégations chagossiennes, que ce soit pour l’inauguration en mars 2013 de l’avenue des Chagos, alors que Jean-Yves Langenier était maire du Port, ou encore la mission de formation et d’information menée à Sainte-Suzanne, au Port, à Saint-Pierre avec comme objectif de préparer nos camarades au retour au pays natal, sur les questions environnementales et énergétiques.
Des sommes conséquentes ont pu ainsi être collectées que ce soit par les versements réguliers des amis du Comité, des repas solidarité concoctés par l’Association des savoir-faire portois, le Bal maloya organisé par Tiloun, des appels à la solidarité souvent suivies d’effet positif. Ajoutons à cela la diffusion du livre « Chago orphelin de l’Histoire » de notre ami Jean-Michel Filliol, aujourd’hui disparu, et le dévouement de nos amis portois pour héberger les amis chagossiens : nous ne citerons personne tant les bonnes volontés ont été et sont encore nombreuses.
On pourrait encore écrire des pages et des pages sur le sujet… Soyez tous remerciés et réjouissons-nous de la bonne nouvelle qui nous vient de Peros Banhos. Et préparons ensemble le vrai retour !

Pour le Comité Solidarité Chagos La Réunion :
Georges Gauvin, président


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus