Co-développement

La délégation réunionnaise à Moramanga

Sur les traces d’une histoire commune Madagascar-La Réunion

Manuel Marchal / 26 mars 2019

Après avoir participé à la conférence sur Francis Sautron à Antsiranana, la délégation réunionnaise à Madagascar conduite par Simone Yée Chong Tchi Kan, présidente de REAGIES, est arrivée hier à Moramanga. Elle assistera à des Olympiades entre trois établissements scolaires de la commune, qui ont effectué un travail sur la révolte de 1947, et se rendra sur les lieux de mémoire de la répression par l’armée coloniale française qui ravagea notamment Moramanga.

JPEG - 99.5 ko

Le 29 mars 2017 marquait le 70e anniversaire de la révolte de 1947 à Madagascar. Poussés à bout par le système colonial, des Malgaches décidèrent de risquer leur vie pour revendiquer la liberté et l’égalité. Le premier acte eut lieu à Moramanga avec la prise de la gendarmerie. La répression par l’armée française fit au moins 100.000 morts sur une population de 4 millions d’habitants, et a durablement marqué Madagascar. Elle eut lieu à peine trois ans après que des Malgaches, engagés dans l’armée française, eurent donnés leur sang pour libérer la France d’un occupant étranger. Ainsi, l’armée française et le pouvoir colonial appliquèrent envers le peuple malgache les mêmes méthodes que le peuple français subissait encore moins de trois ans plus tôt. Dans la répression, les Malgaches purent compter sur le soutien de Réunionnais. A l’Assemblée nationale, les députés communistes Raymond Vergès et Léon de Lépervenche mobilisaient contre les condamnations à mort arbitraires visant leurs collègues malgaches du MDRM. Dans notre île, Témoignages et les communistes étaient les acteurs de cette solidarité. De cette lutte commune naquirent des relations et des actions entre Malgaches et Réunionnais, qui ne s’inscrivaient pas dans la politique française de coopération.

Point de départ de la révolte de 1947

A l’occasion de ce 70e anniversaire, un travail commença à l’initiative de l’association REAGIES, soutenu par le PCR. Il s’agissait de renforcer les liens entre nos deux îles en utilisant comme support l’histoire commune de deux peuples qui furent sous le joug de la même colonisation. Une délégation réunionnaise participa à Moramanga aux célébrations du 70e anniversaire de la révolte de 1947. Puis l’an dernier, REAGIES organisa à Antananarivo le premier Forum politique des îles, ce qui permit de créer une organisation internationale ouverte à d’autres pays de notre région. Ce forum vit la participation des Chagos, invitée d’honneur, et des Comores.
Cette année, l’action sur l’histoire commune se traduit tout d’abord par l’organisation par REAGIES d’une conférence sur Francis Sautron à Diego Suarez, aujourd’hui Antsiranana, en collaboration avec l’Université d’Antsiranana. Après sa participation vendredi à cet événement, la délégation réunionnaise est arrivée hier à Moramanga. Elle doit se rendre sur les lieux de mémoire des massacres perpétrés par l’armée française, et participer demain à des Olympiades entre trois établissements scolaires de Moramanga. Les professeurs et les élèves présenteront le résultat de leur recherche sur la révolte de 1947.

Histoire commune

Travaillant sur les traces d’une histoire commune Madagascar-La Réunion, Malgaches et Réunionnais oeuvrent au renforcement de nos liens. Il s’agit de préparer l’avenir afin de construire ensemble, entre voisins de l’océan Indien, un monde de développement durable et solidaire. Et pour cela, il est essentiel que la jeunesse des deux peuples en soit pleinement consciente.

M.M.