Co-développement

Le PCR propose un Forum social des îles en 2018

Conférence des partis politiques sur la révolte de 1947 à Madagascar

Manuel Marchal / 27 mars 2017

À l’invitation de l’AKFM, une conférence des partis politiques s’est tenue samedi à son siège à Andravoahangy, Antananarivo. Elle était consacrée à la révolte de 1947. Plusieurs partis politiques malgaches ainsi que le PCR ont participé au débat. Ary Yée Chong Tchi Kan a lancé l’invitation au Forum social des îles de 2018, alternative à l’idéologie dominante qui divise et écrase les peuples de notre région.

JPEG - 53.5 ko
Conférence des partis politiques au siège de l’AKFM.

Dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire de la révolte de 1947, l’AKFM organisait samedi une conférence des partis politiques. Eric Rakotomanga, président de l’AKFM, a ouvert les débats. Son intervention a été suivie de celles d’autres dirigeants de l’AKFM. Puis la parole a été donnée aux représentants des autres partis politiques.

Les interventions ont montré comment le souvenir de la répression du soulèvement parti de Mouramanga est encore bien vivace dans les esprits à Madagascar. Elles ont rappelé les souffrances subies par la répression menée par l’armée française, et qui fit officiellement plus de 80.000 morts sur une population de 4 millions d’habitants.

Solidarité des luttes

Invité à prendre la parole, Ary Yée Chong Tchi Kan a salué la richesse des interventions, et l’importance de la solidarité avec les victimes. Il a rappelé que la délégation réunionnaise avait organisé le 4 décembre une journée de sensibilisation sur les événements de 1947. Cette manifestation historique avait pour cadre la commémoration des 70 ans de la répression de la révolte, mais elle n’a pas eu de répercussion dans les médias malgaches.

Il est revenu sur des combats menés par le PCR. C’est tout d’abord la solidarité avec le peuple sud-africain dans la lutte contre l’apartheid. À cette époque il existait un consulat d’Afrique du Sud à La Réunion. De nombreuses manifestations prenaient ce bâtiment pour cible. Mais force est de constater qu’après la victoire contre l’apartheid, le consulat d’Afrique du Sud a été fermé. Les liens entre les progressistes ont alors été rompus.

Ary Yée Chong Tchi Kan a ensuite évoqué le drame des Chagos, où il y a 50 ans un peuple a été expulsé de son pays à cause de la construction de la base militaire de Diego-Garcia. Or il n’y a aucune solidarité vis-à-vis de ce peuple au sein de la Commission de l’océan Indien.

JPEG - 38.9 ko
Intervention d’Ary Yée Chong Tchi Kan.

Faillite de la COI

Le cas de Tromelin est à ce sujet révélateur. Quand Madagascar était une colonie, cette île était administrée depuis Madagascar. Mais au moment de l’indépendance de Madagascar, le principe de l’intangibilité des frontières issues de la colonisation n’a pas été respecté car Tromelin est restée sous souveraineté française. Et aujourd’hui la France propose à Maurice une co-gestion de ce territoire. Comment parler de solidarité dans la COI quand deux de ses membres s’entendent sur le dos d’un troisième.

Se pose aussi la question de l’avenir de La Réunion avec Madagascar qui comptera 44 millions d’habitants en 2050. Le secrétaire du PCR a souligné l’existence d’une descendance importante de Madagascar à La Réunion. Des Malgaches faisaient en effet partie des premiers habitants de notre île.

« Le néocolonialisme nous divise et nous écrase. Sans solidarité entre nous, comment nous en sortir ? », poursuit Ary Yée Chong Tchi Kan, « l’avenir s’écrit entre La Réunion et Madagascar ».

40e anniversaire

C’est pourquoi, le dirigeant du PCR a tout d’abord proposé qu’un groupe de recherche composé de Réunionnais et de Malgache réfléchisse sur ce que peut être le développement. Il a également rappelé qu’en 1978 eurent lieu deux conférences des partis auxquelles ont participé le PCR et des partis malgaches. Tenues à Antananarivo et Mahé, elles avaient alors été défini l’idée de renforcer les liens de solidarité pour le développement. 2018 marquera le 40e anniversaire de cette initiative. C’est pourquoi Ary Yée Chong Tchi Kan a lancé une invitation au Forum social des îles, alternative à l’idéologie dominante, qui devra se tenir l’année prochaine. Pour que 2018 puisse ouvrir la perspective de la solidarité entre nous.

M.M.