Co-développement

Le PCR salue la mémoire des victimes des événements de 1947 à Madagascar

70e anniversaire de la révolte de 1947

Parti Communiste Réunionnais / 29 mars 2017

Ce 29 mars, Madagascar commémore le 70e anniversaire de la révolte de 1947. Une délégation réunionnaise comportant deux représentants du PCR a été invitée par l’AKFM à participer à cet événement très important. Le PCR publie à ce sujet aujourd’hui un communiqué dont voici le contenu.

JPEG - 58.9 ko
La délégation de La Réunion (à gauche) et de l’AKFM (à droite) lors de la visite d’un cimetière construit sur une fosse commune où repose les restes des Malgaches exécutés par l’armée française en 1947.

En 1945, la France est libérée de l’occupation et de la terreur, grâce à la solidarité. D’ailleurs, la célébration du 70e anniversaire de cet événement a été grandiose, marquée par la participation de nombreux chefs d’Etats.

Comment expliquer, alors, que dans la foulée de cette libération, les souhaits d’émancipation portés par des dirigeants démocratiques Malgaches se terminent, en 1947, dans la répression et la cruauté ? Des méthodes condamnées en France ont été utilisées contre des Malgaches. Selon des documents officiels, le chiffre de 89 000 victimes a été avancé sur une population de 4 millions de Malgaches. Madagascar a aujourd’hui 24 millions d’habitants et en aura 45 millions en 2050, mais ces exactions resteront toujours présentes dans les mémoires. La date du 29 mars a été retenue pour commémorer ce qu’on appelle désormais « les événements de Madagascar ». De tels événements ont eu lieu également en Indochine et en Algérie.

L’origine se trouve dans la nature du régime politique français qui impose sa présence par la violence. Toute expression démocratique populaire est considérée comme une rébellion contre l’autorité qui s’estime légitime d’actionner la répression. Il s’en suit alors des actes de résistance plus ou moins organisés, réprimés dans le sang. Cette violence est inhérente au régime colonial. Les présidents Chirac et Hollande sont déjà venus à Madagascar pour s’incliner devant l’Histoire.

Les Communistes et les démocrates de La Réunion ont apporté leur solidarité agissante durant les événements et elle s’est prolongée par la suite. Deux figures aujourd’hui disparues, Paul Verges et Gisele Rabesahala, ont porté la solidarité au niveau de l’amitié entre les peuples Malgache et Réunionnais. Notre devoir est de continuer.

A l’occasion du 70e anniversaire, le PCR a participé, le 4 décembre 2016, à Saint Leu, à une activité de sensibilisation historique organisée par l’association Reagies. Actuellement, une délégation de l’association, composée d’une douzaine de personnes, conduite par Simone Yee Chong Tchi Kan, se trouve à Madagascar. Elle participe à un programme de célébrations et de visites de sites historiques. Manuel Marchal, rédacteur de Témoignages et Ary Yée Chong Tchi Kan, dirigeant du PCR en font partie.

Ce dernier est chargé, en particulier, de préparer une Conférence des îles, en 2018, afin d’offrir aux nouvelles générations des perspectives sociales et politiques débarrassées du néo-colonia

lisme qui régit actuellement nos rapports de voisinage.

En effet, aucun Parti politique ne peut accepter la violence néocoloniale et l’ignorance entretenue autour d’actes d’une cruauté inouïe, telle que l’expulsion du peuple Chagossien de sa terre natale ainsi que l’interdiction qui lui est faite d’y enterrer ses morts. Cette situation perdure depuis un demi-siècle, elle doit cesser. Aucun Réunionnais ne peut accepter l’interdiction qui est faite à La Reunion de discuter directement entre voisins des problèmes de voisinage. Personne ne peut accepter le sort de milliers de Comoriens qui périssent dans la mer. De même, nous devons entendre l’appel de la FAO concernant les victimes de la famine et la sécheresse dans le Sud de Madagascar.

Les événements de 1947 nous enseignent que le dialogue, la solidarité et le partage doivent conduire vers la civilisation de l’égalité et de respect réciproque.

Fait au Port, ce mercredi 29 mars 2017
Le Bureau de presse