Co-développement

Mobilisation contre le projet de base militaire à Agalega

Océan Indien zone de paix

Manuel Marchal / 1er mars 2021

Suivant le précédent de l’installation de la base de Diego Garcia, d’autres pays souhaitent louer des îles pour y installer des armes de destruction massive. C’est le cas de l’Inde qui négocie avec le gouvernement de Maurice la transformation d’Agalega en nouveau Diego Garcia. Le 22 février dernier, une manifestation contre ce projet a eu lieu dans la capitale Port-Louis.

JPEG - 76 ko

Océan Indien zone de paix : cette revendication est plus que jamais d’actualité avec la menace de création de nouveau Diego Garcia. Rappelons que pour la construction de cette base d’agression louée par le gouvernement des États-Unis à son homologue du Royaume-Uni, la totalité des habitants de l’archipel ont été déportés à Maurice et aux Seychelles. Par ailleurs, le Royaume-Uni avait séparé les Chagos de Maurice quelques années avant la décolonisation. Ce dernier aspect a fait l’objet d’une résolution de l’ONU sur la base de l’avis de la Cour internationale de Justice de La Haye : le Royaume-Uni doit déguerpir et rendre à Maurice l’administration des Chagos tout en faciliant le retour des Chagossiens dans leur pays.

Les Occidentaux ne sont pas les seuls à vouloir entretenir une base militaire dans notre région, alors qu’aucun peuple de l’océan Indien n’est en guerre ! L’Inde est dirigée par un gouvernement d’extrême droite. Son idéologie est très nationaliste. Par conséquent, ce gouvernement cherche des bases pour déployer son armée dans la région. Il s’est tourné vers les Seychelles et Maurice.

Agalega, sous souveraineté mauricienne, fait donc partie du deal proposé par Maurice à son principal partenaire économique et politique. Les travaux ont déjà commencé, et grande est la crainte de la population de se voir dépossédée de ses terres.
Comme aux Seychelles, la résistance contre ce projet de base militaire s’organise. Le 22 février, une manifestation s’est déroulée sous les fenêtres du Premier ministre. Bruneau Lauret, animateur bien connu du mouvement social, était parmi les participants.
Le 3 août 2019, le Forum politique des îles, seule organisation politique régionale comptant les Chagos parmi ses membres, avait adopté une résolution allant dans le sens de la démilitarisation de notre région :

« Le Forum Politique des Îles, réuni les 2 et 3 août à Madagascar, exprime ses plus vives préoccupations devant les volontés manifestes de militariser nos îles, soient par des installations permanentes, soit par la circulation de forces navales.
Nous sommes des peuples pacifiques. Nos enfants ont besoin d’une nourriture saine et auto-produite, d’une éducation efficace. Ils désirent vivre en bonne santé physique et morale. Pour cela, ils n’ont pas besoin de bases militaires ni de forces armées.
Aussi, dans un souci de transparence, le Forum des Îles demande à l’ONU de faire respecter par l’ensemble des signataires la Résolution N° 2832 de 1971 faisant de l’océan Indien, une « Zone de Paix ». Il serait donc normal que l’ONU exige des États le contenu préalable des Traités. »

Cette résolution rappelle que « nous sommes des peuples pacifiques », et donc que les bases militaires de puissances étrangères doivent disparaître pour que l’océan Indien soit une zone de paix.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • La Chine adopte la même attitude que l’Inde. L’armée chinoise (APL) dispose de la plus grande base militaire de l’océan Indien à Djibouti. La Chine est également en train de construire une base militaire aux Maldives.
    De même, elle a déployé son porte avion dans l’océan Indien.
    Rappelons qu’un porte avion est une base militaire flottante.
    Toute base militaire doit disparaître dans l’océan Indien et ailleurs et faire de ce monde, un monde de paix.

    Article
    Un message, un commentaire ?