Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Co-développement

PCR : « 75e anniversaire du massacre de la révolte de 1947, à Madagascar »

Communiqué du Parti communiste réunionnais

mardi 29 mars 2022, par Parti Communiste Réunionnais


Le Parti communiste réunionnais réagit à la commémoration du 75e anniversaire du début de la révolte de 1947 à Madagascar qui fut le prétexte à une répression perpétrée par l’armée coloniale qui fit plus de 100.000 morts. Le PCR rappelle la solidarité des Réunionnais avec les victimes : Des Réunionnais ont alors montré que notre peuple n’était pas à la solde du colonialisme français. Encore aujourd’hui, « des Malgaches se souviennent de cette solidarité qui n’est pas enseignée dans les livres d’Histoire à La Réunion ». Voici le texte du communiqué du PCR diffusé hier aux médias.


Ce 29 mars 2022 marque le 75e anniversaire de la révolte de 1947 à Madagascar qui fut réprimée par l’armée coloniale française. Le chiffre de 100.000 morts est généralement admis, sur une population de 4 millions d’habitants. Les 3 députés malgaches du MDRM furent condamnés à mort, et ils durent la vie sauve à un formidable mouvement de solidarité impliquant les communistes.

L’ampleur de cette répression interroge car des milliers de Malgaches avaient contribué à la libération de la France 2 ans auparavant. Et l’armée française utilisa à Madagascar les méthodes mises en œuvre en France par l’aile la plus nazie de l’armée allemande : exécutions sommaires, villages brûlés…

A Paris, Raymond Vergès et Léon de Lépervanche sensibilisèrent leurs collègues députés sur les exactions du pouvoir colonial. A La Réunion, Témoignages informa la population sur les « méthodes de la GESTAPO » utilisée par les forces coloniales pour arracher des aveux qui donnèrent lieu aux procès expéditifs d’Antananarivo.

Le PCR rappelle que 1947 fut une étape importante d’une histoire commune. La classe dominante réunionnaise avait en effet poussé à l’annexion de Madagascar par la France en 1896 pour exploiter les richesses considérables de ce pays et réduire la population à un état proche de l’esclavage, avec l’application du Code de l’indigénat. A Madagascar, de nombreux Réunionnais jouèrent donc un rôle actif dans la colonisation.

Mais en 1947, des Réunionnais enrôlés dans l’armée française refusèrent d’exécuter l’ordre de réprimer, choisirent de déserter et ont fait souche à Madagascar. A La Réunion, les communistes ont mené la lutte pour la solidarité, et furent à l’origine de la création de Comité de solidarité. Des Réunionnais ont alors montré que notre peuple n’était pas à la solde du colonialisme français. Encore aujourd’hui, des Malgaches se souviennent de cette solidarité qui n’est pas enseignée dans les livres d’Histoire à La Réunion.

En 2017 à l’initiative de REAGIES [1], une délégation réunionnaise avait participé aux commémorations du 70e anniversaire de la révolte de 1947. Ce fut l’occasion de renouer avec les anciens combattants malgaches de cette époque. Des liens ont été noués. Avec la levée progressive des restrictions sanitaires causées par la pandémie de coronavirus, le PCR encourage toutes les initiatives visant au rapprochement de nos deux peuples.

Le PCR plaide pour le co-développement durable et solidaire de notre région, ce qui passe par un renforcement de nos liens avec Madagascar. Faisons fructifier notre solidarité construite dans la lutte.

Bureau de presse
Le Port, le 28 mars 2022


La délégation de La Réunion (à gauche) et de l’AKFM (à droite) lors de la visite d’un cimetière construit sur une fosse commune où repose les restes des Malgaches exécutés par l’armée française en 1947.



[1REAGIES, association qui œuvre à la solidarité entre nos îles, présidée par Simone YEE-CHONG-TCHI-KAN.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus