Partenariat entre l’OIF et le gouvernement des Seychelles

Seychelles : professeurs de français venus d’Afrique en soutien dans les écoles

8 février

« L’OIF revitalise l’enseignement et l’apprentissage du français aux Seychelles », salue le journal seychellois « Nation ».
L’Organisation internationale de la Francophonie soutient un programme d’échange : 24 professeurs de français venant principalement d’Afrique dont Madagascar vont oeuvrer à la diffusion du français dans les écoles seychelloises.
Aux Seychelles, l’anglais est la langue d’enseignement, le français n’étant utilisé que lors des cours de français.
Cette application du programme « Mobilité des professeurs de français » est un moyen de renforcer la Francophonie dans notre région, dans un partenariat gagnant-gagnant entre les Seychelles et l’OIF.

« Vingt-quatre enseignants du primaire, dont un enseignant qui sera placé à l’Institut de Formation des Enseignants des Seychelles (SITE), sont présents aux Seychelles grâce au programme « Mobilité des professeurs de français » lancé par la Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo, en 2020. Cette initiative fait suite à la demande des Seychelles pour dix volontaires en 2022, suite à la rencontre entre Mme Mushikiwabo et le Président Wavel Ramkalawan le 5 septembre 2022 ».
Ainsi commence un article paru dans le quotidien « Nation » des Seychelles au sujet d’une action visant à promouvoir la francophonie dans un partenariat gagnant-gagnant.

Enseignants volontaires venus d’Afrique principalement

« Les 24 enseignants, originaires de divers pays et continents, ont également pour mission de renforcer les capacités de leurs homologues locaux au cours des deux prochaines années. Ces bénévoles ne remplaceront pas les enseignants seychellois, mais les assisteront en apportant leur expertise tout en soutenant les clubs de français dans les écoles ».
« Les volontaires proviennent de divers pays tels que le Burkina Faso, le Cameroun, l’Égypte, la France, le Ghana, le Mali, le Rwanda et Madagascar, entre autres », précise notre confrère.
Selon Fauzia Abdouhlhalik, spécialiste de programme auprès de la Représentation Permanente de l’OIF et de l’Océan Indien, les 24 enseignants ont été sélectionnés conjointement par l’OIF et les Seychelles parmi 739 candidats potentiels.
« Nation » précise que « lors du lancement officiel du programme, le Ministre de l’Éducation, Dr. Justin Valentin, a souligné l’importance d’enseigner le français de manière innovante pour susciter l’intérêt des étudiants à apprendre et à parler la langue. Il a exprimé sa conviction que ce projet contribuera significativement à améliorer l’utilisation du français dans les écoles ».

L’anglais langue d’enseignement

En effet, la situation est différente aux Seychelles, bien que ce pays ait d’abord été colonisé par le Royaume de France tout comme La Réunion. La place du français n’est pas la même dans la société seychelloise. C’est ce qu’explique Vicky Gendron, cheffe de liaison du ministère : « dans les écoles, le français est souvent utilisé uniquement pour l’enseignement du français, tandis que l’anglais est utilisé pour d’autres matières. Le ministère a donc estimé qu’il pourrait bénéficier du soutien de l’OIF ».
La contribution de l’Organisation internationale de la Francophonie est la suivante : « les billets, les indemnités mensuelles de subsistance, ainsi qu’une allocation supplémentaire pour couvrir les activités organisées par les volontaires dans les clubs français. Le Ministère de l’Éducation prend en charge le logement des bénévoles. »

A la Une de l’actuMondialisation

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?