Co-développement

Succès de la conférence « Francis Sautron une histoire commune : Madagascar-La Réunion »

Ce samedi 22 mars à Antsiranana, Madagascar

Manuel Marchal / 25 mars 2019

Ce 22 mars à Antsiranana s’est tenue à l’initiative de l’association REAGIES une conférence s’est tenue une conférence « Francis Sautron une histoire commune : Madagascar-La Réunion », en partenariat avec l’Université d’Antsiranana. Des étudiants en 3e année de Parcours Histoire ont présenté le résultat d’une recherche sur le thème des activités syndicales et politiques de Francis Sautron à Madagascar. Voici le compte-rendu de cette conférence. Dans ses prochaines éditions, Témoignages reviendra sur cet événement.



JPEG - 114.6 ko

La conférence s’est ouverte par l’intervention de Georges Radebeson. Professeur à l’Université d’Antsiranana, il est l’encadrant scientifique du groupe d’étudiants qui a travaillé sur l’étude de la vie de Francis Sautron, « leader syndical charismatique », qui a durablement marqué les mémoires.

JPEG - 67.7 ko

Simone Yée Chong Tchi Kan, présidente de REAGIES, souligna ceci : « ce qui nous rassemble c’est l’intérêt que nous portons à Francis Sautron, que nos aînés malagasy ont choisi pour les représenter à la tête de cette ville, trois élections de suite : 1956-1957-1959. Dans le contexte de fraude et de violence de l’époque, c’est une réussite exceptionnelle ». Elle rappela l’importance de réhabiliter une page de l’histoire commune entre Madagascar et La Réunion. « Nous avons choisi la mémoire pour progresser ensemble dans un monde parsemé d’obstacles », expliqua-t-elle, concluant son intervention par un appel à la solidarité : « Seuls, nous sommes isolés, ensemble nous pouvons mutualiser nos moyens et faire de belles choses ».

JPEG - 86.7 ko

Edward Felack, représentant des étudiants en Parcours d’histoire, a présenté le résultat du travail. Le champs de recherche concernait la période durant laquelle Francis Sautron vécut à Madagascar. Après la présentation de sa biographie, l’exposé a décrit les facteurs de la popularité de ce Réunionnais à Diego Suarez, son action syndicale et politique ainsi que les facteurs qui l’ont poussé à quitter Madagascar pour La Réunion.

JPEG - 68.2 ko

Cynthia Parfait, Doyenne de la Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Antsiranana, a déclaré que cette « conférence qui nous réunit s’inscrit dans une construction historique de Madagascar, Antsirana et La Réunion. « Des étudiants volontaires ont été sollicités par l’association REAGIES », poursuit-elle, « les étudiants se sont investis ». La Doyenne se réjouit de cette forte implication. Elle remercie l’association REAGIES pour cette belle opportunité pour les étudiants, ce qui leur a permis d’investir leurs acquis académiques dans l’histoire. Elle a salué la tenue de cette conférence historique, un domaine qui n’est malheureusement pas prioritaire dans le contexte social d’urgence.
Rappelant que le Parcours histoire a été mis en place en 2017, et que les étudiants participant à la recherche sont en 3e année, licence, la Doyenne « espère que la rencontre de ce jour soit un prélude à un partenariat durable entre l’Université des lettres et sciences humaines d’Antsirana et REAGIES ».

Proposition d’une fondation Francis Sautron

La conférence s’est ensuite poursuivie par l’intervention des partenaires historiques de REAGIES : l’AKFM et le PCR. Durant celle de l’AKFM, Eric Rakotomonga, président de l’AKFM, remit au Professeur Rabeson une contribution de son parti à la recherche historique sur Francis Sautron : des articles d’Imongo Vaovao retraçant des actions du militant réunionnais solidaire du peuple malgache.

Ary Yée Tchong Tchi Kan, secrétaire aux Relations internationales du PCR, appela à progresser vers la réconciliation par une meilleure connaissance mutuelle, en proposant deux actions : accentuer la connaissance historique avec une approche scientifique et créer une Fondation Francis Sautron, structure dédiée pour accompagner des projets à Madagascar.
Après la restitution du travail de recherche et les interventions, un débat conclut la conférence.

M.M.