Co-développement

Tambours chagossiens et maloya résonnent dans le Sud

Echange culturel hier à Saint-Pierre

Manuel Marchal / 1er juin 2018

Hier à Saint-Pierre devant la mairie, les tambours chagossiens et le maloya ont raisonné lors d’une nouvelle action de solidarité organisée par le Comité de solidarité Chagos La Réunion et les camarades du Sud à l’occasion de la venue dans notre île d’une délégation chagossienne conduite par Olivier Bancoult.

JPEG - 81.8 ko
Tambours chagossiens.

Après deux jours à Sainte-Suzanne, la délégation des Chagos était hier dans le Sud. Avec le soutien de camarades du Sud et du Comité de solidarité Chagos La Réunion, la délégation a présenté à Saint-Pierre une exposition présentant la lutte du peuple chagossien pour retourner dans son pays, ainsi que sa culture. Cet événement s’est déroulé sur le parvis de l’hôtel de ville, mis à disposition par la Mairie de Saint-Pierre qui a ainsi permis à la population de sa commune d’être sensibilisée à cette cause.

La journée a été aussi l’occasion de faire connaître par la pratique la culture chagossienne. La délégation a présenté les Tambours chagossiens. Cette musique et cette danse fait l’objet d’une requête auprès de l’UNESCO afin de l’inscrire sur la liste du Patrimoine de l’humanité en péril.

Les Tambours chagossiens sont en effet une pratique culturelle d’un peuple déporté en dehors de son pays depuis plus de 40 ans à cause de la construction de la base de Diego Garcia. D’où la menace qui pèse sur la survie de cette part du patrimoine immatériel de l’humanité.

L’échange est au centre de la solidarité entre Chagossiens et Réunionnais, deux peuples frères de l’océan Indien. C’est pourquoi la journée a commencé au son du roulèr. Le maloya était à l’honneur avec le groupe Zandémik, René-Paul Enilara, Tiloun, Christian Charlette, Charles Saint-Omer, Chantal, Arsène Cataye, Yvrin Rosalie. Elle s’est poursuivie avec une démonstration de Tambours chagossiens. Puis danses et sons se sont unis pour rappeler les racines communes des deux peuples.

M.M.