Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Co-développement

Téléphérique Papang de la CINOR : partage d’expériences entre La Réunion et Madagascar

Visite ministérielle : Gérard Andriamanohisoa, Secrétaire d’État aux Villes Nouvelles et Habitat de Madagascar, invité par Maurice Gironcel, président de la CINOR

samedi 24 septembre 2022, par Manuel Marchal


Ce 23 septembre, Saint-Denis accueillait une importante visite ministérielle. Une délégation de Madagascar, conduite par Gérard Andriamanohisoa, Secrétaire d’État aux Villes Nouvelles et Habitat, a visité le téléphérique Papang à l’invitation de Maurice Gironcel, président de la CINOR. Un réseau de transport par câble de près de 13 kilomètres est en construction à Antananarivo. Objectif : la première ligne opérationnelle pour les Jeux des îles de l’océan Indien, en août 2023. D’où l’importance de partager l’expérience réunionnaise dans ce domaine.


Gérard Andriamanohisoa, Maurice Gironcel et Gilbert Annette dans une cabine du téléphérique Papang.

Depuis sa mise en service le 15 mars 2022, le téléphérique Papang de la CINOR, reliant les quartiers du Chaudron et de Bois-de-Nèfles à Saint-Denis, comptabilise près de 300.000 trajets. Il dessert une zone de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, ainsi que le Campus de l’Université et plusieurs lycées et collèges. A La Réunion, ce mode de transport de masse fonctionnant à l’électricité est la première brèche dans le monopole du tout-automobile. Cette réussite est une source d’expériences pour les pays de notre région. C’est ce que souligne la visite ministérielle hier d’une délégation de Madagascar, conduite par Gérard Andriamanohisoa, Secrétaire d’État aux Villes Nouvelles et Habitat.

Deux lignes en construction à Antananarivo

Pour la capitale Antananarivo, le transport par câble constitue un moyen de désenclaver des quartiers, notamment celui de l’Université, tout en offrant la possibilité d’un mode de déplacement qui fonctionne à heure fixe et garantie, plus rapide que les véhicules qui doivent composer avec d’importants embouteillages. Deux lignes sont en construction à Antananarivo pour une longueur totale de près de 13 kilomètres. Ce sera un des réseaux les plus étendus du monde. Le premier tronçon, la ligne Orange, doit être mis en service en août prochain, à l’occasion des Jeux des îles de l’océan Indien 2023 organisés par Madagascar.

Maurice Gironcel, président de la CINOR, Gérard Andriamanohisoa, secrétaire d’État aux Villes Nouvelles et à l’Habitat de Madagascar, Gilbert Annette, vice-président de la CINOR et Audrey Belim, élue représentant la Mairie de Saint-Denis.

La délégation comprenant notamment Gérard Andriamanohisoa, sa directrice de Cabinet, la Consule générale de Madagascar à Saint-Denis ainsi que des techniciens malgaches, a été accueillie hier matin à la gare du téléphérique de Bancoul, au-dessus du quartier de Moufia près d’un lycée de Saint-Denis. La délégation de la CINOR était conduite par son président Maurice Gironcel et comprenait notamment Gilbert Annette, vice-président de la CINOR. La Mairie de Saint-Denis était représentée par l’élue du secteur, Audrey Bélim.

La population de Saint-Denis s’est appropriée le téléphérique

Maurice Gironcel a souligné le succès de ce mode de transport auprès de la population. Rapidement, les usagers des transports collectifs se sont appropriés Papang, qui permet un important gain de temps pour relier plusieurs quartiers de Saint-Denis. Les gares du téléphérique sont également des lieux de vie, avec l’organisation prévue de marchés comme sur le site de la gare de Bancoul. Le téléphérique s’inscrit dans le projet de mandature, CINOR Terre d’avenir 2030. Il vise notamment à transformer profondément le territoire afin d’aller vers le développement durable. Cela passe par la mise en service de moyens de transports respectueux de l’environnement et permettant un important gain de temps pour les usagers pour remettre en cause la domination du tout-automobile, source de pollutions et d’embouteillages.

Gilbert Annette a évoqué le prochain téléphérique qui reliera La Montagne à la Caserne Lambert, où les voyageurs pourront monter dans le futur tramway en site propre, BAOBAB, et relier les autres villes de La Réunion grâce à une correspondance avec le réseau Cars Jaunes.
Pour la délégation malgache, il est important de connaître comment la CINOR a communiqué auprès de la population avant la mise en service du téléphérique. Tout comme il est essentiel de voir fonctionner en réel ce moyen de transport.

Visite de la station du Moufia, centre névralgique du téléphérique.

Illustration concrète du co-développement

La seconde partie de la visite s’est poursuivie à la gare de Moufia, un centre névralgique du téléphérique. C’est là qu’est implanté le moteur de l’installation, ainsi que de nombreux outils de supervision. La délégation conduite par Gérard Andriamanohisoa a ensuite emprunté le téléphérique jusqu’au terminus de la Station du Chaudron, et est remontée jusqu’à la gare de Bancoul où se situe le centre technique. C’est là que sont stockées les cabines qui font l’objet d’un entretien périodique.
Après le téléphérique, la délégation de Madagascar a visité deux autres équipements de la CINOR : la station d’épuration du Grand Prado à Sainte-Marie, et la Cité des Arts à Saint-Denis.
Ce moment de partage illustre concrètement le co-développement : meilleure connaissance des partenaires et échanges d’expériences. Outre deux lignes de téléphériques, une ligne de train urbain sera également mise en service en 2023 à Antananarivo. Ces projets seront notamment évoqués le 23 octobre prochain lors de la présentation du Plan émergence Madagascar par Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus