Edito

1,35 millions de morts sur les routes

J.B. / 9 janvier 2019

Dans le bilan de l’année écoulée, il y a une statistique qui interpelle, c’est le nombre de morts sur route. A l’île Maurice, le nombre est en baisse mais on dénombre quasiment un mort tous les 3 jours. A La Réunion, de gros efforts répressifs ont été engagés et on a eu 3 fois moins qu’au début de la décennie. Ça fait réfléchir quand même.

L’Organisation Mondiale de la Santé a constaté en décembre que 1,35 million de personnes ont trouvé la mort dans le monde dans des accidents routier. La tranche d’âge 5-29 ans paye le plus lourd tribut. Les pays pauvres sont les plus touchés. Le Directeur Général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreysus, a déclaré que ces pertes “sont un prix inacceptable à payer”. Sans compter les blessés et handicapés ainsi que les coûts économiques. Il a lancé un appel aux gouvernements pour qu’ils prennent des dispositions pour atténuer le phénomène.

En fait, c’est le mode de déplacement des humains qui est en cause. On se déplace de plus en plus en véhicules individuels et en cyclo. Un critère de modernité et de réussite sociale c’est l’acquisition d’ engins automobiles de plus en plus rapide qui sont de véritables bombes en puissance. En Chine, quand les gens se déplaçaient à vélo, tout était organisé autour d’une économie de proximité. La modernisation accélérée du pays laisse aujourd’hui sur la route plus de 100 000 morts par an. Est-ce cela un critère de modernité ?

Non seulement les engins automobiles sont un danger pour l’environnement à cause du gaz carbonique qu’ils déversent mais en plus c’est le mode de déplacement le plus criminel. La qualité de nos vie nécessite une sérieuse mise à plat.

JB