Edito

11 septembre : 15 ans après le début de la « croisade » de George Bush, le chaos règne au Moyen-Orient

J.B. / 12 septembre 2016

Hier à New York, une cérémonie était organisée pour commémorer les attaques du 11 septembre 2001. Voici 15 ans, des pirates de l’air ont pris le contrôle de 4 avions de ligne pour les précipiter sur différentes cibles. Deux se sont abattus sur le World Trade Center, provoquant l’écroulement des tours jumelles symbolisant la puissance économique des États-Unis. Un troisième a visé le Pentagone, siège du ministère de la Guerre des USA. Un quatrième s’est écrasé dans un champ. La lutte des passagers a fait échouer le plan des terroristes qui visaient un autre objectif.

Ces attentats ont fait plus de 2.000 victimes. C’était le prétexte choisi par le gouvernement des États-Unis pour lancer une grande offensive militaire dans le Moyen-Orient. Elle se faisait sous couvert d’une « croisade » contre le terrorisme, décrétée par George Bush, président des États-Unis. La première attaque a porté contre l’Afghanistan, un mois après les attaques du 11 septembre 2001. Situé aux confins de la Chine et de la Russie, ce pays a toujours été un point de passage stratégique qui n’a jamais été conquis par les grandes puissances. Les armées de l’OTAN y ont connu le même sort que les Britanniques, les Russes et les Soviétiques. Elles sont en train de se retirer sans avoir pu y implanter ce qui était l’objectif officiellement affiché : un régime démocratique durable.

La deuxième cible était l’Irak, un des pays disposant des plus importantes réserves de pétrole du monde. Là aussi, le but était soi-disant de favoriser la création d’un régime démocratique. Il était doublé d’un autre but : empêcher l’utilisation d’armes de destruction massive. Ce dernier point est un mensonge avéré, il est même admis par deux des principaux protagonistes de cette affaire : l’ancien ministre des Armées des États-Unis, Colin Powell, et l’ex-Premier ministre britannique, Tony Blair.

Quant à la démocratie, les victimes de la guerre lancée par les États-Unis soutenus par l’OTAN sont loin d’en retirer tous les bénéfices. Cela fait en effet 15 ans que l’Irak est ravagé par la guerre civile. Cette situation a créé le terreau au développement d’une organisation terroriste, Daech, suffisamment puissante pour s’autoproclamer à la tête d’un État à cheval sur l’Irak et la Syrie. Le conflit s’est étendu aux pays voisins et touche désormais l’Europe sous la forme d’attentats meurtriers. Une autre conséquence est un flux migratoire sans précédent depuis la Seconde guerre mondiale pour l’Europe. Un millions de personnes sont arrivées l’an dernier par la Méditerranée, et depuis le début de l’année, plus de 2.000 s’y sont noyées.

15 ans après le début de la « croisade » de George Bush, le chaos règne au Moyen-Orient.