Edito

18 millions de dollars de l’Inde pour utiliser l’île mauricienne d’Agalega…

J.B. / 24 décembre 2018

JPEG - 13.7 ko

Le 13 décembre dernier, le Mouvement réunionnais pour la Paix organisait à Saint-Denis une visio-conférence avec Preserve Seychelles Group. Cette organisation lutte contre la transformation de l’île Assomption en une base militaire. La mobilisation des partisans de la paix aux Seychelles a réussi à informer l’opinion de ce projet, et a obligé le pouvoir à reculer. Désormais, il n’est plus officiellement question que d’une base de gardes-côtes de la marine indienne. Preserve Seychelles Group craint que les gardes côtes créent une brèche permettant de construire malgré tout la base militaire. Preserve Seychelles Group estime que l’Inde peut mettre 500 millions de dollars sur la table pour arriver à ces fins.

A Maurice, c’est Agalega qui est sous les feux de l’actualité. Avant l’indépendance de Maurice, c’était une des implantations possibles de la base militaire américaine finalement construire à Diego Garcia, ce qui entraîna la déportation de la totalité du peuple chagossien de son pays avec interdiction d’y revenir jusqu’à présent. La presse mauricienne évoque un projet indien de construction d’une piste d’aviation et d’une jetée de débarquement. Là encore se pose la question d’un projet militaire. Pour le moment, ce sont 18 millions de dollars qui doivent y être investis par Afcons Infrastructures. Si cette société devra présenter un rapport d’impact environnemental mais sera exemptée d’un permis.

Le gouvernement mauricien a choisi cette procédure expéditive pour éviter que des recours soient déposés contre le projet au prétexte que « Le pays ne peut pas prendre le risque de perdre 18 millions de dollars de grant donné par un pays ami », d’après Etienne Sinatambou, ministre de l’Environnement, à « l’Express ». Et notre confrère de poursuivre : « L’Express a également voulu connaître du ministre de l’Environnement les raisons ayant poussé l’Inde à accorder un don aussi généreux à Maurice. L’Inde aura quoi en retour ? « Vous donnez quelque chose gratuitement, vous ? L’Inde est le seul pays à nous avoir contactés pour cela. L’Inde pourra utiliser la piste et la jetée. C’est aussi simple que cela. Elle l’utilisera au même titre que la France ou l’Angleterre. Il y a un relationnel qui existe entre nos deux pays. Je trouve dommage que des Mauriciens essaient d’anéantir leur pays, qu’ils l’enlaidissent au lieu de l’élever quotidiennement dans la presse et ailleurs », poursuit Étienne Sinatambou ».

Tout comme à Assomption, la vigilance doit être de mise à Agalega. Aucun peuple de l’océan Indien ne veut la guerre, les bases militaires n’ont pas leur place dans notre région.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • J’espère que les Mauriciens vont suivre l’exemple du Mouvement pour la Paix Réunionnais et du groupe Preserve Seychelles (dont je fais partie) pour empêcher cela. L’océan indien n’est pas l’"arrière-cour de l’Inde", contrairement à ce que Mr Modi proclame mais bel et bien un espace de PAIX ! Pourquoi l’Inde veut-elle y installer ses armes, en réaction à la Chine ? Elle n’a pas assez de place chez elle ? Bien sûr, c’est plus facile de faire reposer les risques sur les épaules de pays étrangers nettement moins puissants. Tout ça pour de l’argent ! Cela s’appelle "se vendre" ! Les Mauriciens sont-ils au courant seulement de ce qui se passe à Agalega ?... Ecoutez la formidable chanson de Daniel Guichard "L’indien" : tout y est dit !

    Article
    Un message, un commentaire ?