Edito

Accompagner la production agricole pour créer des centaines d’emplois

Julie Pontalba / 26 mai 2020

JPEG - 85.7 ko

Durant deux mois de confinement, nous nous sommes passé de la grande distribution pour les achats en fruits, légumes, tubercules, œufs, etc. Des marchés forains de proximité ont vu le jour. Des commandes ont été effectuées en ligne et livrées directement chez les particuliers. Les communes et le Département ont fait des achats groupés pour livrer des colis alimentaires ou des caissettes de fruits et légumes. Des planteurs ont vendu directement à la population. D’autres ont livré leurs productions aux coopératives qui se sont entendues pour assurer les commandes publiques.

Cependant, nous sommes presque au mois de Juin et les produits vendus lors du confinement ont été plantés au dernier trimestre. Le mois prochain la coupe des cannes va commencer. Nous entrons dans l’hiver austral, caractérisé généralement par un manque de pluie en juillet-août-septembre. Ces deux éléments ont des conséquences en temps normal mais dans le contexte d’un déconfinement progressif, le risque d’un recul est grand, alors que nous étions confiants en un changement dans notre mode d’approvisionnement et de consommation.

En effet, la coupe des cannes va absorber une bonne partie de la main d’œuvre agricole saisonnière. Les producteurs à temps plein ne pourront plus assurer la demande. Les produits stratégiques seront impactés par la sécheresse. Sans concertations ni études nous serons contraints à l’importation de produits frais.

Pour éclairer les décisions urgentes, il est essentiel de procéder à l’évaluation du mode de distribution improvisée, puis anticiper les besoins de la population et les commandes publiques avant la rentrée des classes. Cette projection quantitative et qualitative concerne les partis politiques, les Collectivités, le Conseil Économique et Social, les syndicats des professionnels, les centres de recherches et d’analyses, les institutions de formations Universitaires ainsi que l’Insee.

Ces études peuvent être complétées pour aboutir à la création d’emplois et donner leur chance à l’installation des centaines de nouveaux agriculteurs.

Il est temps de trouver des solutions réunionnaises à la sécurité alimentaire et à l’emploi.

Julie Pontalba