Edito

Accord de Paris et ODD : le nouveau cadre

J.B. / 21 juillet 2018

JPEG - 13.7 ko

« Des efforts sont nécessaires pour relancer un partenariat mondial pour un développement durable qui permette de construire un système commercial multilatéral universel, basé sur des règles, ouvert, non-discriminatoire et équitable », a indiqué Liu Zhenmin, le Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires économiques et sociales, au cours d’un dialogue politique de haut niveau avec des institutions financières et commerciales internationales, au siège de l’ONU à New York jeudi dernier. Le responsable de l’ONU a mis en garde contre « des mesures commerciales de plus en plus unilatérales ». Le dialogue était organisé par le Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) pour échanger sur les tendances de l’économie mondiale et du commerce international, dans le contexte du développement durable.

Les représentants du Fonds monétaire international (FMI), du Groupe de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et du Département des Affaires économiques et sociales (DESA) ont donné leurs prévisions de croissance économique, sur le commerce international et les autres tendances et défis. Cette rencontre s’inscrit dans l’Agenda 2030 pour un développement durable et ses 17 Objectifs (ODD), adopté en 2015 par les Etats membres des Nations unies, nécessite des changements en profondeur dans tous les secteurs économiques, environnementaux et sociaux.

« Au final, les scénarii de développement durable débouchent sur des perspectives diverses. Si nous maintenons des progrès graduels comme par le passé, des acquis à court terme seront enregistrés aux dépens d’une dégradation à long terme dans d’autres secteurs », a soutenu M. Liu. Il a ajouté que la récente accélération de la croissance économique a également un coût pour l’environnement et qu’à l’allure actuelle, les efforts de lutte contre le changement climatique sont insuffisants pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de 2015, qui enjoint les pays à maintenir la hausse des émissions de carbone à moins de deux degrés.

Du côté de l’ONU, le discours est clair : il faut changer de logiciel. Cela implique ne plus rechercher à améliorer la situation à la marge, mais penser à un autre système capable de concilier production de richesses et protection de l’environnement. L’ONU rappelle le cadre : l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable.

J.B.