Edito

Addis-Abeba, la nouvelle capitale de l’Afrique

Témoignages.re / 12 juin 2020

JPEG - 68 ko
Aéroport d’Addis-Abeba, hub d’Ethiopian Airlines.

Addis-Abeba « Nouvelle fleur », est la capitale de l’Ethiopie. Cette ville d’une superficie de 526,47 km2 peuplée de plus de trois millions d’habitants et accueille depuis 1963 le siège de l’Union Africaine.

L’Éthiopie fait partie des « géants africains » : elle est la deuxième population africaine avec ses 95 millions d’habitants, possède une superficie correspondant à deux fois la France, est issue d’une longue histoire dont la population est fière de n’avoir vécu aucune période de colonisation. Aujourd’hui, elle est également une puissance régionale ; son taux de croissance représente un modèle pour de nombreux pays voisins et attire de nombreux investisseurs. Plus qu’une puissance régionale, elle est une puissance militaire et diplomatique, grâce à sa position stratégique au cœur de la Corne de l’Afrique.

Cette capitale demeure pour les Occidentaux le synonyme des famines et des grands appels à la générosité. Mais grâce à l’alphabétisation et à une stabilité politique corrélées à un État fort, le pays a trouvé la voie de son développement. Addis Abeba est aujourd’hui le centre névralgique de l’Afrique qui se lève et demain son poumon économique au cœur de la zone de libre-échange africaine et de la monnaie unique africaine.

Mais nous Réunionnais, que faisons-nous pour nous ouvrir vers ce géant situé à moins de 4000 kilomètres de nos côtes ? Comme toujours rien, ni vol direct, ni échange fraternel, ni mission économique. Nous préférons penser que notre tête est coupée de notre corps par 12 000 kilomètres. Il me semble que la Réunion de demain ne pourra se faire sans intégrer notre réalité géographique et donc notre appartenance à l’espace africain.

« Au moment où nous nous préparons à entrer dans le 21e siècle et ayant à l’esprit les défis auxquels notre continent et nos peuples sont confrontés, nous soulignons la nécessité impérieuse et l’extrême urgence de raviver les aspirations de nos peuples à une plus grande unité, solidarité et cohésion dans une communauté plus large des peuples, qui transcende les différences culturelles, idéologiques, ethniques et nationales. » Déclaration de Syrte.

David Gauvin