Edito

Après la Covid, maintenant le tsunami économique

David Gauvin / 4 mai 2021

Les chiffres de la conjoncture économique sont sortis la semaine dernière. Malgré une résistance des entreprises réunionnaises toute l’année 2020, l’année 2021 s’annonce comme une année noire pour l’économie de la Réunion.

JPEG - 13.7 ko

En février, l’IEDDOM annonçait que « La situation sanitaire à La Réunion est maitrisée au quatrième trimestre 2020 et le territoire échappe ainsi aux mesures plus restrictives décidées en France métropolitaine (notamment un deuxième confinement du 30 octobre au 15 décembre). Ainsi la reprise économique se poursuit en cette fin d’année. L’indicateur du climat continue de se redresser et s’établit à 98,8 proche de sa moyenne de longue période (100). »

Mais entre-temps, la crise sanitaire nous a rattrapé à cause des décisions des pouvoirs publics. Ainsi, nous avons démontré à de multiple occasion le lien de causalité entre les entrées sur le territoire et la flambée épidémique. Nous n’avons cessé de réclamer la fermeture de l’aéroport, la mise en place de quarantaines obligatoires et la fin des évacuations sanitaires. Mais n’écoutant que les décisions de Paris, le préfet a laissé faire en pensant que la Covid allait nous épargner, comme le nuage de Tchernobyl a évité la France.

Maintenant, la situation économique est catastrophique. 85% des entreprises de La Réunion doivent faire face à une baisse du chiffre d’affaires (CA) de 30% et plus. 26% d’entre elles envisagent une cessation de leurs activités et 5 % sont en cours de fermeture. 42% des entreprises ne peuvent pas payer leurs salariés. 67% des chefs d’entreprise n’arrivent pas à s’accorder une rémunération. 49% des entreprises ne sont pas en mesure de payer leurs charges fiscales, dont 66% depuis 6 mois ou plus. 55% ne peuvent pas payer leurs charges sociales, dont 67% depuis 6 mois ou plus.

L’Etat est responsable de cette situation. Il faut un plan de survie pour les entreprises réunionnaises. Tout d’abord, il est nécessaire d’annuler la dette sociale et fiscale des entreprises. Ensuite, la Banque Publique d’investissement doit permettre de reconstituer les trésoreries asséchées par la crise. Enfin, un plan de rebond doit être mis en œuvre. Mais pendant ce temps les Présidents des collectivités chargés de négocier ces plans, Région et Département, sont très occupés à dilapider notre argent dans des projets sympathiques et inutiles. Ils ont démontré qu’ils n’étaient pas à la hauteur de cette crise historique. La seule chose qu’ils n’ont jamais réussi à faire, c’est l’achat de conscience. La Réunion doit au mois de juin tourner cette page et mettre en place des personnes à même de faire face à la situation.

« Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt »

Nou artrouv’

David Gauvin