Edito

Baisse annoncée des aides européennes : contribution à l’aggravation de la crise à La Réunion

J.B. / 3 mai 2018

JPEG - 13.7 ko

Le prochain budget de l’Union européenne est actuellement en discussion. Il a lieu dans un contexte inédit, marqué par le retrait de la Grande-Bretagne de l’UE. Or ce pays est un des plus importants contributeurs à ce budget. La Commission européenne a annoncé hier son projet. Il prévoit une baisse de 5 % en euros constants des dépenses allouées à l’agriculture et aux régions en difficulté pour la période 2021-2027. Compte-tenu de l’inflation, cette diminution pourrait en réalité atteindre 10 %.

Pour La Réunion, c’est inquiétant. Les aides à l’agriculture permettent à de nombreuses exploitations de maintenir la tête hors de l’eau. Cette baisse annoncée intervient au moment où l’Union européenne négocie des accords de libre-échange avec des pays dont la production pourront concurrencer l’agriculture réunionnaise à La Réunion et aussi sur son marché d’exportation en Europe. Ceci rendra donc encore plus difficile l’écoulement de la production réunionnaise de ce secteur. La filière canne-sucre peut être inquiète, car une part importante de ces recettes provient des aides versées par l’Europe aux industriels et aux planteurs.

La politique régionale de l’Union européenne est aussi importante à La Réunion. Grâce aux efforts successifs des députés communistes réunionnais élus au Parlement européen, La Réunion bénéficie de plus de 2 milliards d’euros pour 6 ans de subventions de l’Europe. Malgré le détournement d’une partie de cette somme vers le chantier pharaonique de la route en mer, ceci permet malgré tout de financer des investissements créateurs d’emploi, ainsi que la formation. Toute baisse aura des conséquences facheuses car les besoins ne seront pas en diminution du fait de la croissance de la population et de la persistance de la crise qui a placé La Réunion parmi les régions ultra-prioritaires de la politique dite de cohésion menée par l’Union européenne.

Si ce projet est maintenu en l’état, alors ce sera une contribution supplémentaire à l’aggravation de la crise à La Réunion.

J.B.