Edito

Bienvenue Mme la Rectrice

Julie Pontalba / 7 août 2020

JPEG - 96.8 ko
Photo d’archives Toniox

Madame Chantal Manès-Bonnineau vient de prendre ses fonctions au Rectorat de La Réunion.
À peine arrivée, le débat porte sur ses origines réunionnaises. D’ailleurs, on se rappelle des encouragements publics lors de la nomination de son prédécesseur, M. Marimoutou.
Bien sûr, nous ne pouvons que nous féliciter que ce poste à haute responsabilité dans notre île soit occupé par un enfant du pays. C’est une longue lutte et on connait par cœur les slogans : « Donne Kréol trvay », « Nou lé kapab dan nout péï », « à compétences égales, l’emploi aux réunionnais »,…
Cependant, tout cela ne doit nous faire oublier l’ampleur de la tâche à accomplir pour celle qui arrive.

En effet, dès 2013, l’INSEE a eu cette expression : « La Réunion est un Département, socialement hors norme ». Depuis 7 ans, rien n’a réellement changé sur le fond. C’est un département qui cumule les injustices dont certaines organisées depuis le plus haut sommet de l’Etat. Que peut faire la Rectrice ?

Prenons un critère. Ici, 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté monétaire qui est un référentiel national. Dans ce Département de droit commun depuis 74 ans, le coût de la vie est si élevé que l’Etat a trouvé juste de compenser ses agents par un supplément de revenu de 35 % minimum. Mais, le même État qui fixe le montant des minimas sociaux, du Smic et des retraites ne trouve pas utile de créer une compensation pour les autres trois quarts de la société.

Prenons un critère d’un autre ordre. Pôle emploi vient de publier des statistiques pour le 2e trimestre 2020. On apprend ceci : « le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établit en moyenne sur le trimestre à 140 020. Ce nombre augmente sur le trimestre de 5,6 %, soit + de 7370 personnes ». A ce constat, il faut ajouter les milliers de jeunes qui ont quitté le cycle scolaire en Juillet. Tout en rappelant que 260 000 scolarisés poussent derrière, et la population continue d’augmenter…

Ces réalités sociales « hors norme » développent un sentiment d’injustice hors norme ; celles-ci pénètrent l’Ecole, divisent la communauté scolaire et polluent les relations entre les enfants. Les pédagogues et les Collectivités font des efforts hors norme pour accompagner l’Administration scolaire et les parents. Malgré tout, le climat social est tendu.

Dans ce contexte déjà très difficile, comment la Rectrice va-t-elle aborder les chantiers importants restés en suspend ? Citons, en premier lieu le respect de l’enfant dans son environnement naturel et culturel. La place de la langue maternelle de l’enfant réunionnais. L’élaboration d’un calendrier qui tienne compte du climat d’ici. Le lourd héritage historique, etc. Il y aura-t-il un travail de concertation avec les acteurs locaux ?

Au-delà de sa nomination et de ses origines réunionnaises, Madame Manès bénéficie du climat politique favorable qui a porté 4 Femmes à la fonction de Maire, notamment à Saint Denis et Saint Paul, parmi les plus grandes Communes de la République. Il est légitime pour nous de penser à un saut qualitatif alors, Bienvenue Madame et bonne réussite !

Julie Pontalba