Edito

Bon anniversaire Témoignages

J.B. / 5 mai 2018

JPEG - 13.7 ko

Ce 5 mai marque un double anniversaire. Comme l’a rappelé la conférence organisée hier à Sainte-Suzanne, c’est le 200e anniversaire de la naissance de Karl Marx. C’est aussi le 74e anniversaire du premier numéro de Témoignages. Notre journal a été fondé par Raymond Vergès et un petit groupe de militants. Le premier numéro est paru le 5 mai 1944. Cela faisait deux ans que La Réunion avait été libérée, et c’était un mois avant le Débarquement en Normandie. Mise à part la campagne d’Italie, c’était alors l’Union soviétique qui supportait l’effort le plus important contre les armées nazies. Elle avait triomphé à Stalingrad et elle avait quasiment réussi à libérer son territoire.

La Réunion de cette époque était une colonie. Depuis l’abolition de l’esclavage en 1848, elle s’était transformée. Elle était devenue un pays industriel doté de plus de 10 usines sucrières, avec un chemin de fer reliant les principaux centres économiques du littoral à un port de commerce. Ceci avait permis l’émergence d’un prolétariat composé de journaliers agricoles, d’ouvriers d’usine, de cheminots et de dockers. La Révolution de 1917 eut aussi un retentissement à La Réunion. Ses idées progressistes se diffusèrent par l’intermédiaire des marins venus de France, des dockers, des cheminots et des ouvriers d’usine pour atteindre les campagnes. Elles amenèrent la création de puissants syndicats unis dans la Fédération réunionnaise du Travail. L’organisation était porteuse d’un mot d’ordre : Réunion département français. Le changement du statut par l’intégration dans la France était vu comme le chemin le plus court vers l’application à La Réunion des conquêtes sociales.

La Réunion fut alors brutalement frappée par la guerre. Le blocus désorganisa la société, provoquant la famine et aggravant la pénurie. C’est dans ces conditions extrêmement difficiles que fut créé Témoignages. C’était à l’époque une feuille recto-verso. Le papier était rare, l’illettrisme faisait des ravages, mais la décision était prise de créer un journal pour amplifier la lutte. Cela permit aux Réunionnais d’avoir un outil au service de cette revendication. Le changement de statut obtenu, les combats de Témoignages se sont poursuivis jusqu’à aujourd’hui, fidèles aux principes de ses fondateurs, pour le progrès social de tous les Réunionnais.

J.B.