Edito

Changement climatique et effondrement du capitalisme

J.B. / 24 janvier 2018

JPEG - 13.7 ko

Un rapport publié à l’occasion du Forum économique mondial de Davos met l’accent sur les effets du changement climatique. Il estime qu’ils constituent la plus grave menace et qu’il convient d’agir pour éviter l’effondrement du système.

Le système en question est le capitalisme. Force est de constater que la pollution de l’atmosphère par les gaz à effet de serre correspond à l’extension du capitalisme dans le monde. Pour créer des profits, l’énergie utilisée a d’abord été principalement le charbon, puis le pétrole. Ce n’est que très récemment que les énergies renouvelables ont été mises en avant. Et encore, l’usage du pétrole garde de sérieux partisans, à commencer par le président des États-Unis qui a retiré son pays de l’Accord de Paris, au prétexte qu’il menace les intérêts des États-Unis. En réalité, la politique du tout-pétrole vise à satisfaire les intérêts d’une industrie qui a réussi à faire du schiste un nouveau gisement d’hydrocarbure.

Le cri d’alarme lancé à l’occasion du Forum de Davos marque l’inquiétude de ceux qui ont jusqu’alors bénéficié de ce système. Il souligne que la capacité d’adaptation du capitalisme n’arrive pas à suivre l’accélération de la crise environnementale que ce capitalisme a provoqué. C’est là le coeur du problème. Tant que l’objectif d’un système sera le profit pour enrichir une classe dominante sur le dos de l’exploitation des autres classes, le problème ne pourra pas se régler. C’est donc une autre société qu’il est nécessaire de construire, débarassée de la course au profit. C’est pour cela que se battent les communistes. Une fois de plus, la justesse de leur combat est reconnue.

J.B.