Edito

Changement climatique : la fermeté d’une conviction entraîne le rassemblement

J.B. / 24 février 2018

JPEG - 59.9 ko

Jeudi à Sainte-Suzanne, une initiative du SIDELEC-Réunion et de l’Université a été présentée en présence de nombreux partenaires. Il s’agit du séjour de Pierre Larrouturou dans notre île. Cet économiste est avec le climatologue Jean Jouzel, co-auteur d’un ouvrage intitulé « Pour éviter le chaos climatique et financier ». La proposition phare du livre est de consacrer 1.000 milliards pour faire face au changement climatique, ce qui permettra la création de 5 millions d’emplois. 1.000 milliards, c’est la somme que l’Union européenne a injecté dans la finance pour sauver les banques menacées par les conséquences de la crise des subprimes. Cette crise avait été marquée par des faillites retentissantes, comme celle de Lehmann Brothers. L’Europe n’avait pas été la seule à agir. Aux États-Unis, l’État est entré dans le capital de banques et a considérablement renforcé Bank of America. L’irruption des pouvoirs publics pour sauver un système victime de ses investissements hasardeux a eu de lourdes répercussions, car elle a nationalisé des pertes. Aujourd’hui, le système est reparti, et les taux d’intérêts vont remonter.

Si le système financier a pu être renforcé par les pouvoirs publics, alors ces derniers doivent agir avec la même vigueur pour sauver les populations menacées par les effets du changement climatique.

Lors de la conférence de presse, Laurent Blériot, dirigeant de Bioalgostral, a souligné que cet ouvrage constitue un exemple d’union de compétences. Il a rappelé que voici une dizaine d’années, un économiste et un climatologue n’auraient pas travaillé ensemble sur un même sujet. Mais l’urgence climatique s’est imposée depuis. Elle a fait bouger les lignes.

La même remarque peut s’appliquer aux participants à la conférence de presse de jeudi. Elle souligne que la lutte contre le changement climatique est une cause qui dépasse tous les clivages. Dans cette bataille, chacun veut apporter sa contribution. C’est la prise de conscience que face à un défi considérable, un large rassemblement est nécessaire.

Ceci permet de mesurer tout le chemin parcouru depuis 1996, quand Paul Vergès et Philippe Berne avaient tenu une conférence de presse alertant sur la menace du changement climatique. À La Réunion, cette prise de conscience doit beaucoup à l’engagement de Paul Vergès et du PCR. Elle confirme la justesse d’une position, et le résultat de la fermeté d’une conviction.

J.B.