Edito

Changer de cadre : une exigence pour la démocratie

J.B. / 21 avril 2017

JPEG - 13.7 ko

Une enquête de l’INSEE sur la participation électorale a été réalisée. Elle porte sur la présidentielle et les législatives de 2012. Elle concerne un échantillon de 7.200 personnes ayant les conditions requises pour être électeur. La participation de 2.300 électeurs est ensuite relevée par les agents de l’INSEE sur les listes d’émargement.

Cette étude constate une participation plus faible à La Réunion qu’en France. Elle fait notamment part des conclusions suivantes :

« Seulement 87 % des Réunionnais en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales. Les non inscrits sont plus souvent jeunes, sans diplôme ou sans activité professionnelle. (…)

Les actifs sont plus impliqués dans les élections et ce, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle du dernier emploi : les cadres, les employés et les agriculteurs ont un comportement plutôt similaire avec moins de 15 % d’abstention systématique. La catégorie socioprofessionnelle du dernier emploi influe donc peu sur l’abstention systématique. En revanche, les inactifs et les chômeurs n’ayant jamais travaillé s’abstiennent plus souvent systématiquement (26 %). Ils sont nombreux (28 % des électeurs) en raison des difficultés rencontrées sur le marché du travail à La Réunion, marqué par un faible taux d’activité conjugué à un chômage persistant. (…)

L’abstention systématique est également forte chez les plus jeunes : 29 % des électeurs de moins de 30 ans ne se sont jamais déplacés. Ils représentent pourtant un électeur sur cinq à La Réunion. Ils sont souvent hébergés par leurs parents et sont aussi relativement peu nombreux à exercer une profession. Mais à situations professionnelle et familiale égales, ils restent encore plus abstentionnistes que leurs aînés. »

Les jeunes et les chômeurs sont donc les personnes qui rejettent le plus le système des élections. Rappelons que plus de la moitié des jeunes qui ont quitté l’école sont au chômage. Le pourcentage des abstentionnistes est donc le plus important chez les abandonnés du système. Cette situation ne pourra que s’aggraver si le système actuel continue car les mêmes causes produisent les mêmes effets. Le PCR demande un changement de cadre pour donner la responsabilité aux Réunionnais, c’est une condition pour que la démocratie puisse véritablement s’appliquer à La Réunion.

J.B.