Edito

Classes aisées : au-dessus de 2.259 euros après impôts

J.B. / 31 octobre 2017

JPEG - 13.7 ko

Classes populaires, classes moyennes, riches, comment le déterminer ? Le Centre d’observation de la société propose une grille de lecture :

« A partir de quel niveau de revenu est-on riche ou pauvre, appartient-on aux classes « populaires », « moyennes » ou « aisées » ? Cette question, pourtant centrale, est très souvent laissée dans le vague. Pour fixer des seuils, nous avons adopté la définition de l’Observatoire des inégalités qui considère comme appartenant aux classes moyennes les personnes situées au-dessus des 30 % les plus pauvres et au-dessous des 20 % les plus riches. Nous avons choisi un seuil de pauvreté se situant à la moitié du revenu disponible médian (après impôts et prestations sociales) et un seuil de richesse au double.

Avec ces définitions, le seuil de pauvreté vaut 769 euros mensuels (données 2015) pour une personne seule, 1 491 euros pour un couple sans enfant et 1 963 euros pour un couple avec deux enfants. Les catégories populaires (à ne pas confondre avec les personnes pauvres, comme c’est parfois le cas) rassemblent tous ceux qui touchent moins de 1 245 euros pour une personne, 2 435 euros pour un couple et 3 253 euros pour un couple avec deux enfants. Le niveau de vie des classes moyennes s’étend de 1 245 à 2 259 euros pour une personne seule, de 2 435 à 4 378 euros pour un couple et de 3 253 à 5 609 euros pour un couple avec deux enfants. Les catégories aisées se situent au-dessus de ces niveaux. Si on fixe le seuil de richesse au niveau du double du revenu médian, on devient riche à partir de 3 075 euros pour une personne seule, 5 963 euros pour un couple et 7 852 euros pour une famille avec deux enfants.

Ces limites sont discutables. Rappelons qu’il s’agit de revenus après impôts et prestations sociales et non uniquement les revenus perçus ».

Ces données sont relatives à la situation sociale en France. Si de tels critères étaient retenus à La Réunion, nul doute que le seuil pour devenir riche serait plus bas, compte-tenu du nombre bien plus élevé de pauvres.

Les critères retenus dessinent pour La Réunion une société bien différente de ce qu’elle est décrite habituellement. Cela bouscule les a priori sur l’appartenance aux classes moyennes et aisées en fonction de la profession.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Ce n’est pas uniquement l’argent que l’on gagne qui permet de classer les gens parmi les pauvres ou les riches , c’est essentiellement ce qu’ils peuvent acheter avec cet argent dans leur pays .

    Avec 1500 euros on est encore pauvre à la Réunion mais déjà riche à l’île Maurice ou les salaires moyens ne dépassent pas l’équivalent de 500 euros .Mais quand on y regarde de plus près , peut être qu’avec ses 20000 roupies (environ 5000 euros ) le mauricien aura un pouvoir d’achat à Maurice supérieur à celui du réunionnais avec ses 1500 euros à la Réunion (environ 60000 roupies ) .

    Les mauriciens sont ils plus riches que les Réunionnais ?, pour le savoir il faut comparer les produits intérieur brut par habitant des deux îles et déterminer ce que le mauricien peut acheter avec la richesse qu’il produit chaque année par rapport à ce que le réunionnais peut acheter avec ce qu’il a produit . Je ne suis pas certain que la comparaison soit à l’avantage des réunionnais .Mais ce n’est pas si simple car il faut aussi comparer la qualité des services et équipements publics dont chacun peut disposer , et sur ce plan la Réunion est bien entendu mieux placée que Maurice du fait qu’elle peut bénéficier de la solidarité nationale française mais également de l’union européenne et appartient à une société où le produit intérieur brut annuel par habitant est proche de 50000 euros .

    On peut classer les gens selon leur revenus mais aussi selon les solidarités dont ils bénéficient . Les Réunionnais bénéficient de la solidarité française et européenne mais pas de la solidarité internationale à laquelle les mauriciens et les malgaches peuvent faire appel. Mais je ne pense pas que cette différence soit plus favorable aux mauriciens qu’aux réunionnais car même si le pouvoir d’achat du réunionnais dans son île serait inférieur à celui du mauricien à Maurice globalement il vit peut être mieux en bénéficiant de la solidarité française et européenne .

    Cependant si le réunionnais bénéficie d’une plus grande solidarité son produit intérieur brut reste encore très faible et fait de lui un éternel assisté dans la mesure où il tire son confort es sa qualité de vie de la solidarité nationale et européenne . L’Etat Français qui prône l’égalité pour tous devrait donc donner aux Réunionnais les moyens d’être plus productifs au de la de la solidarité imposer par la devise de la république . Car ceux qui sont riches grâce à l’argent des autres ne sont pas vraiment riches .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • En 2016 le PIB par habitant de Maurice s’est élevé à 13500 euros et celui de la Réunion à 18000 euros . Arithmétiquement les Réunionnais sont un peu plus riches que les mauriciens . Mais si on compare les pouvoirs d’achat de chacun dans leurs pays , le mauricien est devant le réunionnais , car avec ses 13500 euros il peut s’acheter beaucoup plus biens et de services que le réunionnais .

    Néanmoins la situation des réunionnais est peut être globalement meilleure que celle des mauriciens car les services publics sont de meilleure qualité à la Réunion ( sauf peut être pour l’aéroport et certains hôpitaux ) et les minima sociaux sont plus élevés à la Réunion qu’à Maurice .En effet , malgré un produit intérieur brut moyen de 13500 euros par habitant ,il y encore beaucoup de mauriciens qui ne gagnent pas plus 6000 roupies par mois soit environ 150 euros , et les petites retraites sont encore aux environs de 4500 roupies par mois soit 125 euros , tandis qu’à la Réunion les revenus les plus bas par personne sont toujours supérieurs à 450 euros .Et même si le pouvoir d’achat est plus élevé à Maurice ceux qui sont les plus pauvres à Maurice sont plus pauvres que les plus pauvres de la Réunion .

    Mais comme le gouvernement mauricien est apparemment en train de faire de gros efforts en faveur des plus pauvres , notamment imposer un salaire minimum d’environ 7000 roupies et augmenter les retraites , si la France ne change pas sa politique à la Réunion et ne fait pas plus que ce qui est fait actuellement pour favoriser la création de véritables emplois productifs créateurs de richesse supplémentaire, les réunionnais resteront globalement plus pauvres que les mauriciens même s’ils sont nombreux à se rendre à Maurice pour rentabiliser le mieux possible leurs euros et profiter des tarifs moins chers proposés par les mauriciens pour tout ce qu’ils vendent, sauf pour les automobiles et pour les hôtels de grand luxe où les prix sont plus élevés qu’à la Réunion ..

    Article
    Un message, un commentaire ?