Edito

Contre le changement climatique, les ruisseaux font les grandes rivières

J.B. / 12 mars 2018

JPEG - 13.7 ko

Les ruisseaux font les grandes rivières. C’est en quelque sorte un des mots d’ordre du collectif Climat 2020 dont un des membres, Pierre Larrouturou, avait tenu une conférence le 6 mars dernier à l’occasion de l’anniversaire de Paul Vergès qui avait lieu la veille. Climat 2020 vise à multiplier les initiatives partout, pour faire avancer la cause du climat grâce à la sensibilisation la plus large sur les causes de la crise climatique et les moyens à mettre en œuvre pour y faire face. C’est la revendication de demander que l’Union européenne dégage les moyens nécessaires pour convertir son économie afin que l’engagement principal de l’Accord de Paris sur le climat soit tenu : limiter à 1,5 degré voire 2 degrés la hausse de la température moyenne sur Terre par rapport au milieu du 19e siècle. Cette date correspond au début de l’utilisation massive des énergies fossiles, pétrole et charbon, que le capitalisme a utilisé pour accroître les profits et s’étendre dans le monde. Lors de la conférence de Pierre Larrouturou, un acte fondateur a eu lieu : la création d’un comité réunionnais Climat 2020. Il apportera sa contribution à la bataille pour que l’Union européenne mène une autre politique.

Hier 11 mars, c’était le 2e acte. Il s’agissait de la Marche pour le climat organisée à Sainte-Suzanne. Cette manifestation s’inscrivait dans le cadre des événements liés à la venue de Pierre Larrouturou à La Réunion. Entre le Bocage et la Mairie de Sainte-Suzanne en passant par le sentier littoral, de nombreuses personnes ont participé à cet événement contribuant à son succès. Ceci rappelle que la lutte contre le réchauffement climatique est une cause qui rassemble, et à laquelle un nombre croissant de Réunionnais sont sensibilisés. La prise de conscience progresse.

Hier 11 mars, sur l’autre rive de l’océan Indien, Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde, et Emmanuel Macron, président de la République, ont co-présidé le premier sommet de l’Alliance solaire internationale. L’ASI a été créée lors de la COP-21 à Paris, à la suite d’une initiative commune de l’Inde et de la France. Son premier sommet dimanche a rassemblé des représentants de 21 pays. Le but de l’ASI est de développer l’énergie photovoltaïque dans les pays comme La Réunion, où il est disponible en abondance. La France appelle donc à des contributions, pour financer l’équipement des pays du Sud en matériels pour transformer les rayons du soleil en électricité. Là aussi, c’était un 2e acte, 2 ans et 4 mois après le premier.

La cause du climat progresse et les ruisseaux qui se coulent se transformeront en rivière. Son cours amènera à bouleverser la société actuelle, car pour atteindre les objectifs fr l’Accord de Paris, il faudra diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre dans le monde, alors que la population continuera à augmenter.

J.B.