Edito

Contre le chômage, la responsabilité

J.B. / 29 avril 2017

JPEG - 13.7 ko

Les derniers chiffres du chômage publiés cette semaine sont une énième illustration de la crise. Ils sont la conséquence d’un enchaînement de décisions politiques qui conduisent à la catastrophe. Avec plus de 180.000 Réunionnais à la recherche d’un emploi, comment parler de développement durable ou d’égalité réelle. La promesse d’une amélioration de la situation lors de la présidentielle et des législatives de 2012 n’a pas été tenue.

Les raisons de cet échec sont connues et analysées. Le 19 mars 2016, à l’occasion du 70e anniversaire de l’abolition du statut colonial, le Parti communiste réunionnais a publié un ouvrage qui détaille son analyse. Paris a refusé d’appliquer la loi abolissant le statut colonial qui prévoyait l’égalité au 1er janvier 1947, et les gouvernements qui se sont succédé ont œuvré pour installer à La Réunion un régime néo-colonial. Les Réunionnais sont contraints de vivre sous la domination de monopole qui captent les richesses obtenues par la lutte des travailleurs, des syndicats et des partis politiques. Les transferts publics sont dépensés dans l’achat de produits et de services qui bénéficient en grande partie à des entreprises dont le siège social ne se situe pas à La Réunion. Le capitalisme français a fini par quasiment absorber les capitalistes réunionnais, et les décisions stratégiques de l’économie réunionnaise ne dépendent pas des Réunionnais.

Avec un tel tableau, la crise de l’emploi n’est pas étonnante. Les sommes considérables versées par l’État dans le traitement social du chômage et la défiscalisation n’ont pas permis d’inverser la tendance inexorable à la hausse du nombre de travailleurs privés d’emploi. L’augmentation de la population active va se poursuivre, en raison de la croissance de la population. Les mêmes politiques produiront donc les mêmes effets.

La rupture est donc nécessaire. Dans quelques semaines, un nouveau pouvoir s’installera en France. Il est donc urgent de peser pour que le gouvernement puisse entendre la revendication d’un nouveau cadre. C’est le sens du rassemblement pour la responsabilité prôné par le PCR.

J.B.