Edito

Coronavirus : les passagers contrôlés dans les aéroports en France ?

Manuel Marchal / 6 mars 2020

JPEG - 61.1 ko

A Madagascar, Air France continue à ne pas respecter les instructions de l’administration destinées à éviter l’arrivée du coronavirus dans la Grande île. « La Tribune de Madagascar » indique que mardi soir, un nouveau passager en provenance d’Italie a été intercepté à sa sortie d’avion à Ivato :

« Après l’arrivée des trois ressortissants malgaches en provenance d’Italie par le vol d’Air France, lundi dernier, un autre ressortissant malgache d’Italie est arrivé, mardi soir, par cette même compagnie. « Elle est déjà confinée à Anosiala pour 14 jours, même si elle ne présente aucun symptôme similaire à ceux du coronavirus », selon notre source auprès du ministère de la Santé publique.
Le gouvernement malgache n’ayant pas encore pris une décision de fermer nos frontières à la France même si la maladie s’y propage aussi à grand rythme, la compagnie ne cesse pas de transporter des passagers en provenance d’Italie. Le système de visa Schengen et la libre circulation des citoyens européen dans ce continent rendent en effet difficile le contrôle des frontières.
« Si le transport de passagers en provenance de ces pays à risques persiste, la menace d’importation du coronavirus est pourtant effrayante pour le pays », selon toujours notre source ».

En Martinique, ce sont deux premiers cas qui viennent d’être révélés. Dans cette île, plusieurs manifestations ont eu lieu devant l’aéroport pour demander à l’administration française de prendre des mesures drastiques, notamment l’interdiction de débarquer des passagers provenant de régions déjà contaminées.

Ces différents faits illustrent bien toute la difficulté des autorités françaises à juguler l’épidémie. Comment en effet expliquer qu’une compagnie française laisse encore embarquer des personnes susceptibles d’être porteuses du virus en raison d’un séjour dans une région où des décès liés à l’épidémie ont été observés ? Eu égard aux mesures prises par nos voisins, La Réunion semble afficher un temps de retard. Gageons que le principe de précaution s’appliquera de manière plus rigoureuse afin de préserver La Réunion de l’épidémie.

M.M.