Edito

Covid à la Réunion, y a-t-il un pilote dans l’avion ?

David Gauvin / 20 février 2021

Nous avons assisté hier à une véritable pièce de la « Commedia dell’arte », entre une interview donnée la vieille par le préfet et une conférence de presse l’après midi par la directrice de l’ARS. Entre temps, on apprend qu’on va condamner un touriste belge qui a fraudé à l’attestation de motif impérieux. Malgré l’exercice de communication, les faits sont têtus et accusent clairement arlequin et colombine avec le silence complice des présidents de la Région et du Département.

Le préfet communique beaucoup, même à outrance, mais qu’elle est le bilan de son action. Il a décidé d’ouvrir entièrement l’aéroport pendant les périodes de congés. Cela ne lui suffisait pas la première vague que l’on a connu en aout. Il a recommencé en janvier. Avant de se rendre compte trop tard que le virus est entré en circulation dans le pays, et même que tous les variants sont présents dans le territoire. Il n’a pas réussi à mettre en place une quarantaine obligatoire. Et là, il instaure au cas par cas des confinements de 22h à 5h, là ou il aurait suffi des arrêtés municipaux. Le bilan mérite largement le rapatriement sanitaire à Paris.

Quant à son pendant sanitaire, elle annonce des chiffres, des stratégies, des orientations. Mais elle a autorisé les rapatriements sanitaire de grande ampleur. Elle n’a pas anticipé un autre pic d’épidémie. Elle n’a pas assuré la veille sanitaire. Elle n’a pas réussi à préserver les capacités d’urgence sanitaire dans nos hôpitaux. On n’oublie pas le stock de masque moisi entreposé dans ces entrepôts. On n’oublie pas l’absence de stratégie efficace de lutte contre la dengue. Alors maintenant on accuse les Réunionnais. Ce serait vraiment trop facile de continuellement reporter sa propre responsabilité, sur nous, qui subissons leurs décisions sans queue ni tête.

Mais pendant ce temps-là, le Président de Région se demande comment sortir du « bob » dans lequel il est entré tout seul. Le monsieur du Conseil Départemental se demande par quel miracle il pourrait rempiler. Et que dire de la madone de la Possession qui veut étendre sa méthode à tout le pays. Pourquoi pas, mensonge sur la carrière des lataniers, abandon de l’aménagement des hauts par le pole de tourisme de Dos d’Ane, augmentation exponentielle des impôts, harcèlement moral et maltraitance du personnel communal, livraison du territoire à l’avidité des affairistes . Mais ceux la , continuent de se gausser devant leur maitre et leur silence les rendent complice des actions d’arlequin et colombine.

Qu’ils arrêtent les uns et les autres de communiquer, et qu’ils finissent par agir. La population est dans une grande angoisse, les entreprises ferment en silence, la faim s’est réinstallée durablement dans les foyers Réunionnais. Et le virus s’est installé sur l’île alors qu’à Maurice on vit sans masque. On se dit que vraiment qu’il n’y pas de pilote dans l’avion Réunion.

« Oté marmay
Banna la finni par fé
Sak toultan zot té i promé
La sèl vin zargano malèr
Episa vin kosto romorkèr
La komans
Trinn anou ziska la frans
Mon péi bato fou
Ousa banna il ral anou »

Bato fou, Axel GAUVIN

Nou artrouv’

David GAUVIN