Edito

Déjà des morts liés au climat dans les pays riches en 2018

J.B. / 5 janvier 2018

JPEG - 13.7 ko

Dans l’hémisphère Nord, ce début d’année est marqué par plusieurs phénomènes climatiques extrêmes. Les États-Unis sont touchés par une tempête de neige exceptionnelle. Même la Floride a vu les flocons tomber, ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs décennies. Plusieurs morts sont à dénombrer.

En Europe, deux tempêtes se sont succédé. La seconde, Eleanor, continue à faire des dégâts. Trois morts sont à dénombrer en France. Le vent a soufflé à près de 200 kilomètres/heure, et des milliers de maisons ont été inondées. Ce vent a attisé les flammes provoquant des feux de forêt en plein hiver en Corse. Il faut remonter à 1999 lors du passage de la « Tempête du siècle » pour retrouver pareille intensité.

Ces différents événements sont une illustration supplémentaire du déréglement climatique. C’est une conséquence de la hausse brutale à l’échelle des temps géologiques de la température moyenne à la surface des continents et des océans. Cette rapide augmention provient de l’accumulation dans l’atmosphère de gaz à effet de serre. Ces derniers sont des rejets de la combustion du charbon et du pétrole.

L’Europe et les États-Unis appartiennent au groupe des pays riches. Ils sont donc ceux qui doivent le plus rapidement réduire leur part dans la pollution de l’atmosphère. Les premiers morts du climat cette année rappellent l’urgence d’agir.

J.B.