Edito

Des médias vont-ils se remettre en cause à La Réunion ?

J.B. / 24 février 2017

JPEG - 13.7 ko

Vanessa Miranville, maire de La Possession, a annoncé hier son soutien à l’ouverture d’une méga-carrière sur le territoire de sa commune, à quelques centaines de mètres du centre-ville de La Possession, dans la ravine des Lataniers. Le but est de fournir en roches le chantier de la route en mer qui a été lancé, rappelons-le, sans que ses promoteurs ne se soient assurés préalablement de disposer des matériaux nécessaires pour l’achever. L’annonce d’hier a également confirmé que des contacts ont déjà été pris depuis plusieurs mois avec deux carriers en vue de l’exploitation d’un trésor de la biodiversité à quelques pas d’un lieu historique pour La Réunion. La ravine des Lataniers est en effet une des premières images de notre île vue par les navigateurs qui ont officiellement pris possession de notre île au nom de la France.

Cette décision va-t-elle amener des médias à se remettre en cause ? En effet, Vanessa Miranville a été présentée comme un symbole du renouveau de la politique. Cette dernière disait vouloir mettre en avant la concertation, en associant le plus largement possible les citoyens aux décisions. Le choix de soutenir la route en mer malgré tout le coût environnemental et sanitaire que cela implique est à contre-courant de cette image.

Pour justifier sa décision, la maire s’appuie notamment sur le résultat d’un sondage où le choix était le suivant : l’ouverture de la carrière ou l’augmentation des impôts. La création d’un nouveau centre-ville va en effet entraîner l’arrivée de plusieurs milliers d’habitants supplémentaires. Pour relier ce nouveau quartier à la route nationale, la commune a choisi un projet coûteux. La Région Réunion est alors appelée à la rescousse. Il est clair que cette aide est conditionnée à l’acceptation par la municipalité de l’ouverture de la carrière.

Or à La Possession, des citoyens ont travaillé à des solutions alternatives. Ils ont proposé une autre liaison vers la nationale beaucoup moins coûteuse sur les plans financier et environnemental. Si ce projet est retenu, alors la commune n’aura plus besoin de l’aide de la Région pour désenclaver le nouveau centre-ville, ce qui signifie aucune hausse d’impôt et donc la préservation de la ravine des Lataniers. Les réunions d’information organisée par la municipalité au sujet de la carrière ont été animées. Les citoyens ont clairement montré leur opposition au projet voulu par la Région, et le soutien à la solution alternative. Si les actes de la maire de La Possession étaient en conformité avec l’image véhiculée par les médias, alors elle aurait fait sienne la proposition crédible des citoyens. Mais cela n’a pas été le cas.

La bataille pour la préservation de l’environnement n’est pas terminée. Les personnes concernées ne veulent pas subir la catastrophe entraînée par les nombreuses explosions prévues, et par le passage continu d’une noria de camions pour alimenter le chantier de la route en mer. D’ailleurs à elle seule, la ravine des Lataniers ne permettra pas de répondre à la demande en matériaux d’un chantier lancé malgré l’avis négatif du Conseil national pour la protection de la nature, et en dépit de l’élévation du niveau de la mer. L’arrivée d’un nouveau pouvoir en France dans quelques semaines sera-t-elle de nature à remettre en cause le projet ?

J.B.