Edito

Didier Robert ou le président-cigale nous laisse devant un champ de ruine

David Gauvin / 30 juillet 2021

Le nerf de la guerre ce sont les finances. Nous n’avons cesser de dénoncer la gabegie à l’oeuvre à la Région depuis 2010. Les premiers chiffres nous permettent de voir l’ampleur des dégâts. La présidente Huguette Bello se retrouve face à un mur de dette.

JPEG - 67.7 ko

L’endettement cumulé de La Réunion s’élève à 1,241 milliard d’euros. La capacité de désendettement est de 11,7 ans, alors que la norme fixe le plafond à 9 ans. Actuellement, l’épargne brute est à hauteur de 106 millions, contre 186 en 2010. L’épargne nette est de 46 millions. Sur les deux dernières mandatures, les dépenses ont augmenté 3 fois plus que les recettes. A cela s’ajoute des dépenses non budgétée qui devront être réintégrées. Il reste aussi à réintégrer les pertes abyssales des SPL. Mais le pire est de constater les 300 millions d’aide aux communes sur lesquels Didier Robert a communiqué et qui ne sont inscrites nul part dans les documents budgétaires. On comprend mieux sa volonté d’augmenter grandement la fiscalité sur les carburants et l’opportunité des recours ayant freiné la continuité territoriale.

Pendant ce temps la, La Réunion a besoin d’équipement public, de grand travaux et de relancer l’économie. Mais avec quels moyens la nouvelle majorité pourra t’elle le faire. On a clairement un ancien président qui a pris la collectivité régionale comme une grande lessiveuse pour ses ambitions personnelles. Il reste à finir la route la plus chère du monde. Mais n’oublions pas non plus, le sauvetage d’Air Austral qui est stratégique. Il est clair que le début de mandat sera marqué par des décisions difficiles à prendre mais nécessaire pour le maintien à flot du bateau Région réunion.

Le rapport de la chambre régionale des comptes révèle aussi que le président de Région possédait un cabinet démesuré. En plus des six collaborateurs autorisés, la CRC en dénombre 22 embauchés illégalement. Pour un coût de plus d’1,4 million d’euros par an. Parmi ceux la, on retrouve nombre de conseillers techniques nommés autour de lui exercent en même temps un mandat électoral, 18 conseillers techniques ayant occupé des fonctions électives ces trois dernières années. 11 d’entre eux étaient candidats en tête de leur liste aux municipales de 2020 et huit avaient occupé des postes de collaborateurs de cabinet dans des collectivités. Dans l’Ouest, on retrouve Fabrice Marouvin, Yoland Velleyen Vincent Defaud, Eric Ferrère. Dans le Nord, on retrouve Philippe Jean-Pierre, Yves Ferrières, Ismaël Aboudou, Rémi Massain. Dans l’Est, Jean-Luc Julie, Yannick Gironcel, Ranjit Camalon, Daniel Allamelou. Enfin, dans le Sud, on retrouve Imrhane Moullan, Emmanuel Luc Doulouma. Ceux là devront prouver de l’effectivité de leur emploi, sinon cela s’appelle des emplois fictif et ils tomberont avec leur capitaine.

Aujourd’hui, c’est la responsabilité financière de l’élu qui est centrale. Didier Robert après avoir ruiné la Réunion va t’il s’en sortir plus blanc que blanc. Malheureusement en l’état actuel de la loi, les élus ne peuvent être poursuivi que pour une faute personnelle. Une grande démocratie doit pouvoir juger les élus sur leur bilan, surtout si celui ci met en faillite une collectivité. Les comptes de la Région ayant aussi été certifiés, et la trajectoire soit disant respectée, la responsabilité du comptable public et du certificateur pourra être recherchée. Il avait dû choisir les mêmes certificateurs que Goldman Sachs ou Madoff. La conférence territoriale élargie devra mettre en chantier le contrôle citoyen sur la dépense publique. C’est un moyen pour la population de retrouver la confiance dans ses représentants. Mais la conférence territoriale élargie devrait aussi valider une stratégie de désendettement qui ne priverait pas notre Pays des investissements nécessaires à son développement.

« La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue »
La cigale et la fourmi Jean de la Fontaine

Nou artrouv’
David Gauvin