Edito

Economie deux fois plus dynamique qu’en France : cela ne suffit pas

Manuel Marchal / 28 janvier 2017

JPEG - 13.7 ko

Une étude parue mercredi dernier confirme le dynamisme de l’économie réunionnaise. Selon l’INSEE, quasiment tous les secteurs ont connu une progression ou une stabilité du nombre de leurs salariés au troisième trimestre 2016. La seule baisse notable, plus de 2 %, se situe dans le secteur de l’information-communication. Ce sont sans doute les effets de la crise de la presse écrite, marquée l’année dernière par un plan de licenciements au Journal de l’île de La Réunion.

L’INSEE compare les résultats avec ceux de la France. Sur un an, le constat est clair : « l’emploi salarié augmente à un rythme deux fois plus dynamique », +2,5 % contre +1,2 %.

Ce dynamisme plus important peut s’expliquer par la croissance de la population qui augmente les besoins. Malgré tout, il reste insuffisant.

En effet, en France, avec une hausse de l’emploi salarié de 1,2 %, le chômage a commencé à baisser. À La Réunion, quand le nombre d’emplois salariés augmente de 2,5 %, le chômage continue aussi d’augmenter.

C’est la preuve qu’un dynamisme économique deux fois plus important que la France ne suffit pas à faire face aux besoins en emploi. Pourtant, les patrons disposent à La Réunion de subventions supplémentaires en termes d’exonérations de cotisations sociales et fiscales. Ils bénéficient d’un CICE majoré. Mais cela ne suffit pas à inverser la courbe du chômage.

Cette différence provient d’une situation différente à La Réunion, où la population active continue d’augmenter tous les ans. Les créations d’emploi ne suffisent pas à répondre à ses besoins, alors même que l’État propose des emplois aidés subventionnés à 90 % dans les collectivités.

71 ans de départementalisation ont mis en place une économie deux fois plus dynamique que la France en termes de créations d’emploi dans le secteur privé. Mais cela ne suffit pas, et le chômage n’a jamais diminué. C’est une nouvelle illustration d’une nécessaire remise en cause de tout ce qui s’est fait jusqu’à présent. D’où la revendication d’une nouvelle politique de l’emploi portée par le PCR.

M.M.