Edito

« Emploi péi » ou « Emploi local » : les masques sont déjà tombés à la Région Réunion

Manuel Marchal / 18 juillet 2020

JPEG - 69.2 ko

Depuis quelques jours, une partie de l’argent public géré par le Conseil régional sert à financer une campagne publicitaire visant à faire croire que la Région Réunion agirait pour la promotion de l’ « emploi péi ». Choisir « emploi péi » plutôt que « emploi réunionnais » trahit déjà une orientation : pourquoi est-il si difficile d’écrire le mot « réunionnais » à côté du mot « emploi » ? Tout simplement parce que dans un passé récent voire contemporain, la Région Réunion a pris des décisions allant ouvertement à l’encontre de l’emploi des Réunionnais.

En novembre 2018, l’importation du mouvement des gilets jaunes entraîne d’importantes manifestations à La Réunion. Le préfet décréta un couvre-feu tandis que la ministre des Outre-mer et d’importants renforts policiers étaient envoyés à La Réunion pour tenter d’éteindre l’incendie. Le 2 décembre, les institutions avaient voulu marquer le clap de fin de cette période agitée. Une rencontre a eu lieu à la préfecture avec les présidents des collectivités, les chefs des services de l’État et d’autres personnalités. Le président de la Région Réunion a alors pris la parole pour présenter un plan de sortie de crise. La mesure la plus emblématique était de demander de l’argent à la France et à l’Europe pour subventionner toutes les importations afin de baisser le prix des produits importés. Une somme de plusieurs centaines de millions d’euros par an a été évoquée. Il est évident qu’une telle mesure a pour effet de renforcer la concurrence des importations et donc de fragiliser les emplois des Réunionnais soumis à cette concurrence extérieure. Fort heureusement, la Région Réunion n’a pas encore disposé de fonds suffisants pour financer ce plan de créations d’emplois en dehors de La Réunion plutôt que pour les Réunionnais.

Depuis le début de la crise coronavirus, le président de la Région Réunion s’est fait remarquer par ses prises de position en faveur de l’importation de masques, et de machines pour en fabriquer. Joignant le geste à la parole, il est parti voyager en Chine avec des invités triés sur le volet pour aider des entreprises à acheter des machines et à les faire venir à La Réunion.
Mais pendant que la Région Réunion entreprenait ces démarches, toute une filière de fabrication de masques a émergé à La Réunion. Des associations ont notamment répondu à la demande, tandis que des bénévoles se sont impliqués dans des ateliers de fabrication encadrés par les Mairies. L’importation de ces machines a donc pour but de tuer dans l’œuf toute initiative allant dans ce sens. A croire que voir des Réunionnais se prendre en main et trouver une solution que les autorités n’arrivent pas à apporter en temps et en heure tout en créant un modèle vertueux, cela semble faire très peur à certains.
Résultat : avec l’obligation prochaine de porter des masques dans l’espace public, c’est un important marché qui s’ouvre pour les quelques patrons qui ont importé des machines à fabriquer des masques avec l’aide de la Région Réunion. Une machine prend donc la place de plusieurs travailleurs.

C’est ainsi que la Région Réunion assure la promotion de l’« emploi péi ». Cela fait bien longtemps que les masques sont tombés à la Région Réunion, il suffit de constater le résultat de son président aux élections municipales à Saint-Denis pour le constater.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • vive le retour du train,un TER péi cette fois, de St Joseph à Ste Rose pour le plus grand plaisir des gramounes qui ont connu lancien, les touristes, les jeunes, le originaires de la Réunion qui seront eux aussi ravis, comme lorsqu’ils découvriront les téléphériques dyonisiens et celui entre St Leu et Cilaos pour enfin, proposer autre chose que cette dangereuse route aux 400 virages si cette info est vraie. Ainsi les jeunes diplômés auront enfin du boulot qualifié, pour construire, mettre au point, maintenir en état, surveiller, vendre et contrôler les titres de transports modernes, bravo à nos élus de faire les choses bien, pour montrer une belle image, réelle, qui rappellera l’affiche de l’emploi péi, Réunion, j’aime ton nom et ce que tu oses faire ! Arthur qui en bave en roulant autour de fumées cancérigènes, beurk ! ça pue. Même avec le masque !

    Article
    Un message, un commentaire ?