Edito

Eradication de la pauvreté, la preuve par l’exemple

David Gauvin . Rédaction Témoignages / 26 novembre 2020

Comme chaque année en le Secours Catholique-Caritas France publie son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France. Mis en ligne ce jeudi 12 novembre le rapport pour cette année 2020 pointe avec préoccupation un accroissement de la précarité pour de nombreuses familles. Intitulé « Budget des ménages, des choix impossibles », il révèle les obstacles quotidiens auxquels des milliers de familles sont confrontés : difficultés pour se nourrir ou se loger.


Ici à la Réunion, nous vivons une situation hors norme avec 40 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté métropolitain. Les fragilités sociales sont toutefois d’un niveau différent selon les quartiers. Les 114 grands quartiers de La Réunion peuvent être répartis en cinq groupes homogènes selon la précarité monétaire de leurs habitants, la structure familiale et l’habitat. La pauvreté est donc aussi territorialisée et présente des caractères différents selon les bassins de vie du pays.

Pour sortir des constats, il faut appliquer une approche scientifique pour organiser la lutte contre la pauvreté. C’est l’approche qu’à adopté la Chine. Mais ces stratégies ne sont pas centralisées. L’objectif est national mais les stratégies spécifiques sont territorialisées et adaptées selon le contexte local.

Alors on dira que le problème est le financement. Peut-être, mais où sont les 437 milliards d’euros par an enlevés à la solidarité en Europe par les mécanisme d’ " optimisation fiscale ", c’est-à-dire la fraude autorisée par le législateur ?
Le problème est l’absence de volonté politique doublé d’un problème méthodologique liée à la vision centralisatrice de l’État en France.

La lutte contre la pauvreté est la mère de tous les combats à la Réunion. D’ailleurs Lulu disait souvent que c’est en voyant dans quels conditions vivaient les réunionnais qu’il a fait de notre combat le sien en devenant Réunionnais comme nous tous. Si un pays comme la Chine a pu le faire, nous Réunionnais pouvons réaliser la même chose, à condition d’avoir la responsabilité dans notre pays.

« Kissa i komand nout péi ? Kissa i komand nout pèp ? » Lucien Biedinger

Collectif des éditorialistes de Témoignages