Edito

Face au mépris, que faire ?

Julie Pontalba / 29 août 2020

JPEG - 13.7 ko

« Témoignages » d’hier rappelait ceci :
« Nous vivons une situation extrêmement révoltante. L’entrée sur notre territoire d’un virus qui a déjà fait plus de 820 000 morts dans le monde en trois mois dont 30 000 en France, est un crime qu’il s’agira de juger en temps voulu. Le mal est fait. Pourquoi tant de mépris ?
Des personnes qui, du haut de leur fonction, tantôt nous donnent des leçons de bonne conduite, nous font la morale ou nous accusent alors qu’ils sont aux commandes : c’est du mépris.
Un ministre qui vient en remettre une couche, nous traitant en plus d’incapables : c’est du mépris. »

« Témoignages » n’est pas le seul à porter ce genre d’analyse. Elle est partagée par nombre d’observateurs, voici pourquoi.

Dans notre histoire, La Réunion a vu passer beaucoup de ces personnes qui ne s’excusent jamais malgré l’évidence de leur politique d’échec. Pensez-donc, le nombre de cas importés a diminué, ils s’en félicitent. Par contre les cas autochtones explosent, ils n’y sont pour rien. Si le virus circule, c’est parce que les Réunionnais travaillent, font du sport, des loisirs, se rencontrent et font la fête. Même les élèves n’ont plus le droit de s’amuser ensembles dans les cours de récréation. Pas plus de dix, dit le slogan sauf dans les grandes surfaces.

Le décès de M. Mangrolia, 80 ans, commerçant, respectable, est l’exemple qui remet en cause l’image d’irresponsable que l’on colle trop facilement à la peau du Réunionnais. Entré en réanimation la veille, l’évolution de la maladie a été foudroyante. L’unité de soin n’est pas en cause. Cela prouve que le virus est bien mortel. Ce que tout le monde savait déjà…y compris ceux qui ont laissé sciemment entrer ce virus mortel.

Voilà qui souligne encore plus le mépris.

Face à ce phénomène, il n’y a qu’une seule solution : que les Réunionnais se concertent et se rassemblent pour diriger les affaires réunionnaises.

Julie Pontalba



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Que faire ? Ce qui se passe actuellement à Maurice - relaté dans le monde entier et par tous les médias -devrait faire réfléchir les Réunionnais que nous sommes et nos cher-es élu-es. Quelle leçon ? Il serait tant que nous refusions d’être ces assistés de luxe et ces colonisés qui s’ignorent .Soyons un peuple debout .Seul, on n’y peut rien . C’est.tous ensemble qu’on réussira ..

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Par quoi alors faudra-t-il commencer ? Je propose que les lecteurs de Témoignages, donnent des exemples, plus ou moins utopiques, comme en 36 lorsque les 15j de congés payés furent institués, bien évidement, aucun patron y avait pensé et tous ne se voyaient pas "donner des sous" pour profiter enfin un peu de la vie, aller revoir sa famille, découvrir la mer à son compte, en réalité, sur celui des salariés qui déjà à cette époque et même avant, durant la Révolution Industrielle, trimaient fort, sans protection, ni sécurité sociale ni bien sur de pension de retraite pour ceux, celles qui le méritaient pourtant. Maladies, risques et accidents professionnels, horaires de folie, exploitation des enfants, les cadences façon "les temps modernes de Charlie Chaplin".... Et pourtant, cela se fît, et il faudra attendre 1945 pour avoir la SS et le droit de vote pour les femmes majeures, ouf ! Arthur qui pédale dans la pollution à défaut de choucroute.... en attendant le TER péi entre Ste Rose et St Jospeh.....

    Article
    Un message, un commentaire ?