Edito

Faire de l’océan Indien une zone de paix

Base militaire de l’Inde à Agalega

David Gauvin / 17 mai 2021

Ces derniers jours, la base militaire indienne sur l’île d’Agalega est entrée en service. Après la base américaine sur les îles Chagos et avant celle indienne d’Assomption, nous déplorons la militarisation de l’océan Indien.

JPEG - 13.7 ko

Agalega est une île mauricienne située à plus de 1 000 km au Nord de l’île sœur, dans l’Est-Nord-Est de Madagascar et au Sud des Seychelles. Elle vient d’être transformée par l’armée indienne en base militaire. Agalega est gérée par une compagnie de l’État mauricien, l’Outer Island Développent Company (compagnie de développement des îles lointaines), OIDC. Cette compagnie délègue un Résident Manager, sorte d’intendant, qui est l’autorité suprême sur les deux îlots. L’économie de l’archipel est principalement basée sur l’exploitation d’huile de coco.

Les 300 Agaléens, des descendants d’esclaves, qui ont été amenés sur cette terre en 1827 par la France pour la culture de la coprah et la production d’huile de coco, assistent impuissant à cette implantation. À la suite de l’abolition de la traite négrière par la Grande-Bretagne, les Agaléens, libres, vivaient de cultures vivrières, de l’élevage et de la pêche.

Depuis 1970, les habitants des îles Chagos avaient vécu pareille mésaventure. Ils attendent de pouvoir rentrer chez eux, et là bizarrement le gouvernement mauricien les soutient, alors qu’il a loué Agalega à l’armée indienne. Ne veut-il pas plutôt forcer l’US Army à leur verser des subsides pour occuper le territoire des iles Chagos.

De même Assomption, aux Seychelles, a été louée à l’Inde pour l’installation d’une base militaire qui sera complémentaire à celle d’Agalega. N’oublions pas que La Réunion est aussi une importante base militaire française. Le stationnement tout autour de nous de force armées doit nous inquiéter. Dans un monde qui devient multipolaire, les risques de conflit sont importants. Et nous au milieu nous n’avons rien demander à personne. Ces puissances profitent de l’état de dénuement de nos territoires pour nous imposer la présence de leur armées. C’est pourquoi, il est tellement d’actualité de demander une résolution des Nations Unies promouvant l’Océan Indien comme zone de paix.

La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Spinoza

Nou artouv’
David GAUVIN