Edito

Financement de la campagne de Nicolas Sarkozy : que la lumière soit faite sur cette affaire

J.B. / 21 mars 2018

JPEG - 25 ko

Nicolas Sarkozy a été placé hier en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le financement de sa campagne de l’élection présidentielle de 2007. Des soupçons pèse sur l’origine de l’argent qui lui a permis de devenir président de la République. Ces soupçons se dirigent vers la Libye.

Une telle nouvelle est un événement considérable. Il n’est jamais arrivé qu’un ancien chef de l’État de la 5e République soit placé en garde à vue. Ce qui rend cette nouvelle encore plus explosive, c’est qu’il faut se rappeler que la fin du mandat de Nicolas Sarkozy a été marqué par le déclenchement de la guerre contre la Libye. En 2011, ce conflit a causé la chute de l’État libyen, et l’exécution de Mouamar Kadhafi. Or, quelques années auparavant, l’ancien chef de l’État français et son homologue libyen affichait de très bonnes relations.

Quand la guerre civile a commencé en Libye, la France a été à la pointe pour demander une intervention militaire afin de faire chuter le régime libyen. Depuis, la Libye est plongée dans un conflit interminable qui a eu des répercussions dans le Sahel. Cela s’est traduit par l’émergence de groupes terroristes en Afrique de l’Ouest et centrale, et l’intensification de l’implication militaire de la France dans cette région, notamment au Mali.

Il importe donc que toute la lumière soit faite sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Car s’il s’avérait que des fonds en lien avec l’État libyen ont contribué à son élection, ceci permettrait d’avoir une toute autre lecture de l’engagement de l’armée française en Libye.

J.B.