Edito

Forum régional des énergies durables à Maurice : une victoire du néocolonialisme français

Témoignages.re / 25 mai 2018

JPEG - 13.7 ko

Une nouvelle illustration du retard pris par La Réunion dans les énergies renouvelables arrive de Maurice. C’est l’organisation chez nos voisins de ce que la Commission de l’océan Indien nomme le premier « Forum régional des énergies durables ». Cet événement aura lieu du 28 au 30 mai.

Un retard car si La Réunion avait poursuivi la politique d’autonomie énergétique pour 2025 lancée quand l’Alliance dirigeait la Région, alors il eut été difficile d’imaginer qu’une telle manifestation régionale puisse se tenir ailleurs qu’à La Réunion. Mais la décision de Gilbert Annette de faire perdre l’Alliance à tout prix a été lourde de conséquences. Elle a conduit à la victoire de Didier Robert, qui s’est empressé de démolir tous les projets. Ainsi, plutôt que de poursuivre la construction d’un tram-train fonctionnant à l’électricité, la nouvelle majorité a préféré donner la priorité au tout-automobile. Résultat : les importations de véhicules émettant des gaz à effet de serre sont reparties en flèche. Les professionnels du secteur se félicitent d’ailleurs d’une année 2017 record. De plus, en raison du lancement du chantier de la route en mer, dédiée à l’automobile, les routes de notre île sont parcourues par d’imposants camions semi-remorque chargés à ras-bord de galets destinés à être jetés dans l’océan ! Ces engins sont bien entendu sources de pollution de l’atmosphère. Depuis 2010, EDF et Albioma, les sociétés extérieures qui détiennent le quasi-monopole de la production d’électricité, ont tranquillement augmenté leur capacité en unités thermiques fonctionnant au fuel ou à l’éthanol, autant de carburants transformés en gaz à effet de serre.

Conséquence de tout ce gâchis : la part des énergies renouvelables est en baisse constante depuis 7 ans à La Réunion. Et c’est maintenant Maurice qui apparaît comme l’exemple à suivre. Le transfert de l’usine de chauffe-eau solaires Giordano de La Réunion à Maurice a été un des symboles de ce système de vases communicants, qui n’est que le résultat d’une volonté politique.
Le projet réunionnais d’autonomie énergétique était combattu par le gouvernement de l’époque. Il remettait en effet en cause les positions dominantes d’entreprises françaises dans le secteur de l’énergie, ainsi que notamment le chiffre d’affaires des exportations de voitures fabriquées en France destinées à être écoulées à La Réunion. C’est pour cela que Paris avait mis en place GERRI, rien que pour enlever à la Région la direction de la politique énergétique dans le but de freiner la marche vers l’autonomie énergétique. Au lieu de 2025, GERRI avait en effet fixé la date à 2030, soit déjà 5 ans de retard. Après l’élection de Didier Robert, une fois que Paris a obtenu la certitude que ce projet d’autonomie énergétique ne se fera pas, alors GERRI a été dissous. Il y eut des Réunionnais qui ont été complices de ce néocolonialisme qui a coûté des milliers d’emplois aux travailleurs de notre pays.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • "Prix à la pompe : pourquoi ça flambe ?" est justement le sujet de la bonne émission "C dans l’air" de ce soir sur France 5, que l’on peut revoir, comme les précédentes via le site de la chaîne, " www.france5.fr " Vive là encore, faut le signaler, les services publics. Sur notre radio publique, France Inter, demain, samedi, dans l’après-midi " secrets d’infos" puis "CO2 mon amour" consacrée à l’environnement que je conseille à tous d’écouter, en direct ou là encore via le site de la radio " www.franceinter.fr " A part ça, je tenais à exprimer mon approbation de toutes vos lignes. C’est une triste réalité que de voir où on en est, ici comme ailleur, malgré les volontés des gens sensibles à ces sujets. Il ne faut pas oublier aussi d’aborder le problème de l’emploi ici. Le train "TER-PEI" qui devrait faire "St Benoît-St Joseph" est une très bonne idée car non seulement cela servira de vitrine pour nos voisins, la France métropolitaine aussi de ce que l’on est capable de faire. Et de créer des emplois, notamment pour les jeunes qui se forment en attendant, aussi bien pour les constructions du prochain réseau, des ouvrages d’art, puis du chantier avec les caténaires, la signalisation, puis la conduiite, la vente des billets, et la maintenance du matériel roulant, équipement fixe.

    A quand une pétition à ce sujet, pour montrer que l’on existe ? Attendre 2020 pour les prochaines municipales ? Mais c’est plutôt pour les régionales qu’il faudra agir, faire changer le cap car " on va droit dans l’iceberg même s’il est en train de fondre ! " Comme le disait si bien Pierre Larrouturou, ingénieur agronome qui est passé au Moufia pour son très bel exposé, invité pas les mairies de St Denis et Ste Suzanne.

    Bon WE avec bon espoir que les choses changent en mieux, enfin. Vive le retour du train ici, voyageurs, fret, pour la planète !

    Arthur et sa famille qui souffre de respirer les micro particules cancérigènes en expension que nous sommes contraint d’inhaler sur les routes, en voiture, bus, et même à pied ou encore en vélo !
    _____________________________________________________

    Article
    Un message, un commentaire ?