Edito

Grève générale en Guyane à moins d’un mois de la présidentielle

J.B. / 27 mars 2017

JPEG - 13.7 ko

Aujourd’hui, un mouvement de grève générale débute en Guyane à l’appel de 37 syndicats. Le droit à la santé, à la sécurité et au respect font partie des revendications. Elles confirment l’existence d’une crise profonde dans ce département français. Samedi, une délégation de fonctionnaires mandatée par le Premier ministre pour discuter a été récusée par des manifestants cagoulés. Ces derniers exigent d’avoir en face d’eux un membre du gouvernement.

À moins d’un mois de la présidentielle, la situation sociale ne cesse de se tendre en Guyane, un département gravement touché par les inégalités. C’est pourtant là que se trouve le centre de Kourou qui permet à l’Europe d’être un leader dans le domaine spatial. La Guyane est également un réservoir de biodiversité considérable, grâce à sa forêt tropicale qui est également un puit de carbone permettant d’atténuer les effets du changement climatique. Mais ces richesses considérables ne bénéficient que trop peu aux Guyanais.

70 ans après l’abolition du statut colonial en Guyane, le système est en crise. Ce n’est pas la loi sur l’égalité réelle qui apporte des solutions face à des problèmes d’une ampleur considérable. Cette crise touche également La Réunion, qualifié de département socialement hors norme par une étude de l’INSEE et du Conseil général en 2013. La dernière fois qu’un mouvement social d’une telle ampleur a eu lieu, c’était en Guadeloupe en 2009. La grève générale a essaimé dans tous les départements d’outre-mer. Cela avait entraîné les États-généraux de l’outre-mer puis une loi d’orientation sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Son successeur, François Hollande, a donné au concept d’égalité réelle un cadre légal, au travers d’un texte décrit comme la loi la plus importante pour l’outre-mer depuis celle du 19 mars 1946. Force est de constater que les deux derniers mandats présidentiels n’ont pas permis de donner comme perspective la résolution des problèmes structurels qui minent les pays où s’est appliquée la loi du 19 mars 1946. À moins d’un mois de l’élection présidentielle, un département d’outre-mer est en grève générale. Les candidats à la présidentielle vont-ils enfin tenir compte des propositions faites par les peuples concernés ?

J.B.