Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Edito

Henri de Laulanié, le curé inventeur de la riziculture intensive

samedi 9 avril 2022, par David Gauvin


A l’heure où la culture du riz reprend pied à La Réunion, une attention particulière doit être mise sur les rendements permettant d’attendre la sécurité alimentaire. Et pour le riz, le père fondateur de cette méthode agricole est le père Henri de Laulanié.


Henri de Laulanié, né le 22 février 1920 dans le Poitou (France), mort le 23 juin 1995 à Madagascar, est un père jésuite et agronome français. Henri de Laulanié de Sainte-Croix a reçu une formation d’ingénieur agronome à l’Institut national agronomique Paris-Grignon à Paris. Il a acquis une connaissance de la physiologie du tallage du riz à partir d’un document capitalisant sur l’analyse des composantes du rendement du riz publié par une ONG française, le groupe de recherches et d’échanges technologiques (GRET), qui relatait le travail du chercheur japonais Katayama sur les phyllochrones du riz, publié en 1951. Le document du GRET a pour titre « L’analyse de l’élaboration du rendement du riz » et a été publié en janvier 1987 par un jeune agronome français issu de la même institution que Henri de Laulanié, promotion 1983.

Arrivé à Madagascar en 1961, à l’âge de 41 ans, il s’efforça d’aider les agriculteurs à augmenter leur production de riz, qui est l’aliment de base du peuple malgache. Il a poursuivi ses efforts pour améliorer la culture du riz jusqu’à sa mort 34 ans plus tard à l’âge de 75 ans. Le système de riziculture intensive (SRI) a été mis au point pour la première fois en 1983, mais n’a été entièrement testé que quelques années plus tard. Sa découverte du SRI a été publiée dans son livre Le riz à Madagascar : un développement en dialogue avec les paysans. Elle permet d’augmenter les rendements de façon naturelle en repiquant un par un les plants jeunes au bout de 8 jours au lieu de 30 et en asséchant la rizière régulièrement.

Les principes centraux du SRI, selon l’université Cornell de New York, sont les suivants :
Le sol des rizières doit être maintenu humide plutôt que continuellement saturé, de façon à minimiser les conditions anaérobies, car cela favorise la croissance des racines et celles des organismes aérobies du sol ainsi que leur diversité ;
Les plants de riz doivent être plantés isolément et espacés de façon optimale, assez largement pour permettre une plus grande croissance des racines et du feuillage et pour que toutes les feuilles soient actives sur le plan de la photosynthèse ;
Les plants de riz doivent être transplantés dès l’âge de 15 jours au stade deux feuilles, rapidement, à faible profondeur et soigneusement, pour éviter de blesser les racines et pour minimiser le choc de transplantation.

Le système de riziculture intensive a ensuite été adopté par plus de 55 pays dans monde et a amélioré la sécurité alimentaire de millions de petits riziculteurs. Implanté tant dans des systèmes de culture du riz irrigué (40%) que pluvial (60%), le SRI a permis d’obtenir une moyenne des rendements pour le riz irrigué de 6,6 tonnes à l’hectare, soit 56% de plus qu’en culture conventionnelle (4,23 t./ha) et de 4,71 tonnes à l’hectare pour le riz pluvial, soit une progression de 86% (2,53 t./ha pour le riz conventionnel). Henri de Laulanié est mort à Madagascar en 1995. Sa tombe se trouve dans le cimetière d’Ambohipo ( Madagascar).

"L’innovation systématique requiert la volonté de considérer le changement comme une opportunité." Peter Drucker

Nou artrouv’

David Gauvin



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus