Edito

Il est temps que l’on cesse d’infantiliser les Réunionnais

David Gauvin / 3 mars 2021

Avec la Troisième vague, on assite à une litanie de communications allant toujours dans le même sens, si on en est là c’est à cause des Réunionnais qui ne respectent pas les consignes. Derrière la stratégie de communication, il y a une idée scandaleuse : Les Réunionnais ne peuvent décider par eux mêmes, car ils en sont incapables.

JPEG - 13.7 ko

Alors que l’épidémie de Covid s’est installé durablement, que la dengue flambe. On nous rabâche que cette situation est notre faute, car on est incapable de respecter les règles. Mais les faits sont têtus. IL y a eu entre décembre et janvier 117 000 personnes qui sont arrivés par Gillot sans quarantaine et sans suivi. Alors qu’il n’y avait eu que 400 cas entre mars et juillet 2020, on a eu la première vague fin aout, la deuxième en octobre et la troisième depuis fin janvier. Donc il est clair qu’il n’y a pas de lien entre les vagues épidémiques et les transferts massifs de passagers suite aux vacances scolaire…..

Quand on énonce des faits, on nous renvoie à notre statut de colonisé non doté de la capacité de réfléchir et d’analyser. Le représentant de l’Etat, quand on l’a questionné sur ce lien de causalité, ose nier, et même d’affirmer que sans le pont aérien les Réunionnais serait privé d’approvisionnement. Mais alors, pendants la fermeture de l’aéroport, nous n’avons pas souvenir d’avoir connu une quelconque pénurie. Le lien nourricier avec l’extérieur est certainement plus fort dans la tête des « Dominants » que dans la réalité des Réunionnais. N’en déplaise à certain, l’autosuffisance alimentaire est en passe de devenir une réalité par la volonté de nombreux entrepreneurs qui n’ont pas attendu l’injonction du gouverneur pour vouloir développer leur pays.

Mais, ne pouvant plus tenir leur position sur les rapatriements sanitaires qui engorgent les capacités hospitalières du Péi, on finit par nous livrer le fond de la pensée. La Réunion n’existe pas dans leur esprit, on parle de France de l’Océan Indien. A la nécessaire solidarité entre les peuples, on objecte la nécessité de suppléer les carence de la France à Mayotte. On rêve d’un CHU, meilleur hôpital de l’Océan Indien, mais si cela avait été le cas, nous aurions aussi des rapatriements venants de Maurice, des Seychelles ou de Madagascar. Et évidemment, l’hôpital ne nous appartient pas. Il doit appartenir à ceux qui le financent, donc un peu à nous aussi par le biais des cotisations maladie que tout un chacun paye. Mais pour ceux-là, il est possible que notre argent vaille moins que le leur.

Avec la crise, la situation néocoloniale est devenu visible. On infantilise, on culpabilise, mais tout ça pour masquer l’incompétence de représentants du gouvernement. Si cela ne suffit pas, on insulte tout un peuple. Et même, on tente de décider depuis Paris, quel sera la plan de reprise pour la Réunion. Les mêmes causes donnant toujours les mêmes conséquences, si c’est ceux qui nous ont conduit dans cette situation qui arrêté la stratégie de reprise, nous pouvons être surs qu’il n’y aura jamais de reprise. Il n’y aura que des dividendes pour les actionnaires des multinationales européennes. La situation néocoloniale est d’autant plus inacceptable quand elle est cautionné par certains colonisés eux même, on a vu par exemple l’ancien maire de Saint André salué les mesures prises, on l’aura connu mieux inspirer. Il est plus que temps pour les Réunionnais de prendre en main le destin de leur Pays dans le respect de la concorde républicaine.

„Chaque fois qu’un homme a fait triompher la dignité de l’esprit, chaque fois qu’un homme a dit non à une tentative d’asservissement de son semblable, je me suis senti solidaire de son acte. “ Frantz Fanon

Nou artrouv’

David Gauvin