Edito

« Il faut savoir perdre une bataille pour gagner la guerre »

Jean / 13 mars 2018

Hydroliennes : la Garonne produit ses premiers kWh… soulignant ainsi la pertinence des projets analogues mis en place par Paul Vergès et détruits par Didier Robert soutenu par Gilbert Annette.

JPEG - 36.1 ko

Le projet Réunionnais d’installation d’hydroliennes a, lui, été anéanti par Didier Robert placé à la tête de la Région par Gilbert Annette condamnant ainsi La Réunion à gaspiller des millions d’euro pour l’achat d’énergie fossile.

« Il faut savoir perdre une bataille pour gagner la guerre » commentait-il ainsi la prévisible défaite de sa liste au soir du 21 mars 2010.

8 années plus tard, quelle guerre le stratège du PS pourrait-il se glorifier d’avoir gagnée ? On cherche !

Par contre, combien a-t-il contribué à détruire d’occasions de développer La Réunion, de sécuriser et faciliter les communications, de produire — à bas coût — de l’énergie verte à partir des sources d’énergie inépuisables et/ou renouvelables pour ne citer que ces domaines essentiels ? Combien de milliards ont ainsi été dépensés en pure perte pour l’achat de pétrole et de charbon polluants alors que ces milliards étaient indispensables pour préparer le mieux possible La Réunion aux effets néfastes du réchauffement climatique.

Ainsi, chaque jour qui passe, souligne l’incapacité d’un responsable politique à se projeter dans l’avenir pour transformer son île au profit de l’ensemble de ses habitants.

En 2010, certain de la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012 et de l’élection d’un président issu du PS, Gilbert Annette y voyait la certitude de pouvoir conquérir la Région en 2016. D’où la nécessité de libérer la place en faisant battre Paul Vergès en 2010 au prix d’un “intérim” assuré par Didier Robert dont Gilbert Annette et ses amis ne craignaient rien du fait, répétaient-ils à l’envi, de son inexpérience et de l’absence de cohésion de ses colistiers.

Et voilà comment l’avenir de La Réunion s’est trouvé sacrifié aux misérables intérêts familiaux et politiciens d’un tel stratège.

« Il faut savoir perdre une bataille pour gagner la guerre », depuis cette martiale rodomontade Gilbert Annette n’a cessé de collectionner revers et décisions malheureuses dont celle d’encourager les gouvernements Hollande à soutenir le catastrophique et ruineux projet de route en mer.

Et c’est La Réunion qui subit et n’a pas cessé de payer le prix de l’ambition d’un homme aveuglé par une inextinguible soif de pouvoir.

De la grande stratégie, n’est-ce pas ?

Jean