Edito

Impunité 10 ans après ?

Bertrand Ancelly / 19 novembre 2020

Il y a 10ans, le Haut-Commissariat aux Nations Unies aux Droits de l’Homme, publiait le rapport Mapping sur les crimes les plus grave commis en RDC entre 1993 et 2003 mais depuis, aucun de ces crimes n’a été jugé.


Des milliers de personnes ont manifesté pour demander justice et réclamer la création d’un tribunal spécial international. La population demande au comité international de se saisir réellement de ce rapport pour déférer devant la justice toutes les personnes présumées des violations des droits humains à l’est de la République Démocratique du Congo. Ils sont fatigués et veulent être protégés du gouvernement. La question centrale que l’on se pose :
Pourquoi aucun de ces crimes n’a été jugé 10 ans après ce rapport de l’ONU ?

Les casques bleus continuent à occuper le terrain mais pas une semaine ne passe sans qu’il y n’y ait un nouveau massacre. Des tueries, des pillages, la population n’en peut plus de cette souffrance. Ils ne peuvent pas vivre dans de telles conditions. Ils ne savent pas quoi faire pour se protéger à part fuir et demander de l’aide.

Pour les Congolais, il s’agit de mettre fin à l’impunité qui règne depuis des décennies avec l’objectif majeur de déterrer le rapport Mapping rendu il y a 10 ans. Ce rapport récence les crimes les plus graves, on y trouve des crimes de guerre contre l’humanité et même un génocide. C’est l’un des conflits les plus meurtriers depuis la seconde guerre mondiale. Ce rapport préconisait la mise en place d’un tribunal pénal international pour le Congo, ce que réclame également la société civile.

Plusieurs dizaines de responsables militaires et politiques de premier plan seraient mis en cause, ce qui explique que 10 ans plus tard le rapport n’ait eu aucune avancée.

Bertrand Ancelly